Les Incas polluaient aussi leur atmosphère

Publié par Adrien le 07/01/2015 à 12:00
Source: CNRS-INEE
Jusqu'ici les chercheurs pensaient que la pollution de l'air par des activités humaines dans l'hémisphère Sud datait seulement de la période postindustrielle, soit il y a moins d'un siècle. Or une équipe du Laboratoire d'écologie fonctionnelle et environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques...) (CNRS / Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment...) de Toulouse), dirigée par François De Vleeschouwer, vient de mettre en évidence qu'en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par malsain [1].) atmosphérique remonte au moins du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) des Incas, qui ont exploité le cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre pur est plutôt mou, malléable, et présente sur ses surfaces fraîches une teinte rosée à pêche. C'est un...) et l'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du latin Argentum — et de numéro atomique 47.) dans le sous-sol des Andes jusqu'au début du 16e siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la...) ! Les chercheurs sont parvenus à cette conclusion en étudiant la chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces...) des métaux dans une tourbière au Chili. Les détails sont publiés dans la revue PlosOne de fin octobre.


Ouverture d'un sondage de tourbe (La tourbe est le produit de la fossilisation de débris végétaux sur 1000 à 2500 ans dans des milieux humides anaérobies que l'on appelle tourbières. Cette...) par F. De Vleeschouwer et collègues.
© Gaël Le Roux

"Certes, les quantités de contaminations décelées dans notre étude sont de 10 à 100 fois moindres que celles émises de nos jours ; ceci dit, elles sont significatives ", souligne le biogéochimiste Gaël Le Roux.

Les tourbières, véritables archives environnementales, peuvent enregistrer les dépôts de particules atmosphériques pendant plusieurs millénaires.

Pour arriver à leurs résultats, les chercheurs se sont intéressés à une tourbière du Parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse, à la promenade ou à l’agrément. Il se distingue du Jardin public par le...) Naturel de Karukinka, en Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par...) de Feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) chilienne. L'équipe a foré jusqu'à 4.5 mètres de profondeur dans cette dernière. Ainsi, ils ont obtenu une carotte (La carotte (Daucus carota) est une plante bisannuelle de la famille des apiacées (anciennement ombellifères), largement cultivée pour sa racine pivotante charnue, comestible,...) de tourbe renfermant des poussières qui se sont déposées pendant les 8000 dernières années. Ensuite, ils ont étudié les teneurs en métaux de la carotte, centimètre (Un centimètre (symbole cm) vaut 10-2 = 0,01 mètre.) par centimètre, grâce à des techniques de spectrométrie de masse (La spectrométrie de masse est une technique d'analyse chimique permettant de détecter et d'identifier des molécules d’intérêt par mesure de leur masse monoisotopique. De plus, la spectrométrie de masse permet de caractériser la...). Celles-ci permettent de déterminer la composition de la tourbe ainsi que les isotopes du plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et de numéro atomique 82. Le mot et le symbole viennent du latin plumbum.), véritables signatures de l'origine de ce métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des cations et former des liaisons métalliques ainsi que des liaisons ioniques dans le cas des métaux alcalins. Les métaux...): naturelle ou liée à l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) humaine.

Leurs résultats ont mis en évidence des augmentations de la teneur en cuivre, plomb et étain à certaines périodes correspondant aux phases de développement (Une version d'un logiciel correspond à un état donné de son évolution. Elle est souvent associée à une numérotation qui permet de l'identifier, voire dans certains cas à un nom symbolique.) des civilisations précolombiennes andines. La signature isotopique du plomb confirme l'origine minière et distante de ces métaux provenant de la métallurgie (La métallurgie est la science des matériaux qui étudie les métaux, leurs élaborations, leurs propriétés, leurs traitements. Par extension, on...) précolombienne dans les Andes.

"Nos données indiquent que les particules polluantes ont voyagé sur près de 4000 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en...) depuis leur lieu d'émission, via des courants atmosphériques allant du nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) vers le sud", précise Gaël Le Roux.

C'est la première fois qu'une équipe de scientifiques démontre un tel transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par...) longue distance de métaux des Andes jusqu'à l'extrême sud de l'Amérique du Sud.
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.234 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique