Un lien démontré entre vapotage, petit-déjeuner et maux de tête

Publié par Redbran le 15/04/2024 à 06:00
Source: Neurology
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Une étude récente publiée dans le journal médical Neurology révèle un lien entre les habitudes alimentaires irrégulières, comme le saut du petit-déjeuner, et l'augmentation du risque de maux de tête fréquents chez les enfants et les adolescents. De plus, cette recherche met en évidence une corrélation significative entre l'usage et l'exposition aux substances, en particulier les cigarettes électroniques, et la survenue de maux de tête fréquents chez les 12-17 ans.


Près de 5 millions d'enfants et d'adolescents, âgés de 5 à 17 ans, participant à une vaste enquête sur la santé au Canada, ont été interrogés sur leur expérience des maux de tête au cours des six mois précédents et leur fréquence. Environ 6 % d'entre eux ont rapporté des maux de tête plus d'une fois par semaine.

Les chercheurs ont examiné plusieurs facteurs de mode de vie, notamment le temps d'écran, les heures de sommeil, les repas, l'anxiété et les troubles de l'humeur. Les jeunes de 12 à 17 ans ont également été questionnés sur leur consommation de substances, y compris l'alcool, les cigarettes, les cigarettes électroniques et le cannabis.

Il ressort que les participants ayant des maux de tête fréquents prenaient en moyenne neuf repas par semaine, contre douze pour ceux qui en avaient moins d'un par semaine. Manger régulièrement, le petit-déjeuner et dîner en famille, réduirait de 8 % le risque de maux de tête fréquents.

En ce qui concerne le vapotage, 8 % des participants souffrant de maux de tête fréquents utilisaient des cigarettes électroniques quotidiennement, contre 3 % de ceux ayant le moins de maux de tête. Après ajustement pour différents facteurs, les utilisateurs quotidiens de cigarettes électroniques avaient deux fois plus de risques de souffrir de maux de tête fréquents.

Les troubles de l'anxiété et de l'humeur doublaient également le risque de maux de tête fréquents, tandis qu'aucun lien significatif n'a été trouvé avec le sommeil, le temps d'écran et la consommation d'autres substances.

Cette étude souligne l'importance de considérer les facteurs de mode de vie dans la prévention et le traitement des maux de tête chez les jeunes. Cependant, elle ne couvre pas les enfants et adolescents vivant dans des foyers d'accueil, des institutions, ou dans des réserves des Premières Nations et d'autres établissements autochtones au Canada.
Page générée en 0.152 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise