Moins d'antibiotiques pour mieux lutter contre les infections bactériennes

Publié par Adrien le 03/06/2020 à 09:00
Source: Université de Genève
Une étude multicentrique menée par une équipe de l'UNIGE, des HUG, du CHUV et de l'Hôpital de St-Gall démontrent qu'un usage plus restreint des antibiotiques est tout aussi efficace, tout en limitant l'apparition de résistances.

L'augmentation de la résistance aux antibiotiques et le manque de nouvelles molécules constituent à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur...) actuelle un problème majeur de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) mondiale. Dans ce contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le...), la diminution de la consommation d'antibiotiques apparaît comme l'une des seules solutions pour préserver l'efficacité des produits et limiter l'apparition de résistance. Or, les traitements relativement longs sont courants, même s'ils semblent tenir plus de la tradition que découler de preuves scientifiques solides. Ainsi, dans le cas des bactériémies, des infections du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le...) courantes mais potentiellement dangereuses, l'habitude consiste à prescrire d'office un traitement antibactérien de quatorze jours.


Crédit: Getty

Des médecins de l'Université de Genève (L'université de Genève (UNIGE) est l'université publique du canton de Genève en...) (UNIGE), des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), du Centre hospitalier universitaire (Un centre hospitalier universitaire (CHU) est un hôpital lié à une université,...) vaudois (CHUV) et de l'Hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de...) de St Gall ont voulu vérifier, dans le cadre d'une étude multicentrique sur plus de 500 personnes, si un traitement plus court, et donc moins susceptible de créer des résistances, était possible. Leurs résultats, publiés dans la revue JAMA, révèlent qu'un traitement réduit de moitié était tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) aussi efficace. De plus, les scientifiques démontrent qu'adapter le régime antibiotique (Un antibiotique (du grec anti : « contre », et bios : « la...) à chaque patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant...) selon ses caractéristiques et ceux de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) permettrait de réduire encore plus la dose médicamenteuse sans perte du bénéfice thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui...). De ces travaux découlent de nouvelles recommandations visant à promouvoir un usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) raisonné des antibiotiques, seules armes dont nous disposons pour lutter contre des bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées...) responsables de nombreuses maladies.

Les bactériémies sont des infections du sang, dont la plupart résultent d'une infection urinaire ou pulmonaire (Les pulmonaires sont des plantes de la famille des Boraginacées appartenant au genre...) qui peuvent être dues à plusieurs types de bactéries. Très fréquentes chez les personnes âgées, elles n'en demeurent pas moins sévères et doivent être traitées efficacement pour prévenir toute évolution critique.

Ainsi, la plupart des médecins prescrivent systématiquement un antibiotique pendant quatorze jours, et ce même en cas d'amélioration rapide de l'état de santé du patient. "Nous ne disposons que d'un catalogue limité d'antibiotiques, dont l'efficacité est en constante diminution", explique Angela Huttner, chercheuse aux départements de pathologie (La pathologie, terme provenant du Grec ancien, est littéralement le discours, la...) et immunologie (L'immunologie est la branche de la biologie qui s'occupe de l'étude du système...) et de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) de la Faculté de médecine de l'UNIGE et médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en...) au Service des maladies infectieuses des HUG, qui a dirigé ces travaux. "Nous devons donc absolument préserver nos ressources, et cela passe par une utilisation parcimonieuse de celles-ci. Néanmoins, il nous fallait démontrer qu'un traitement plus court ne prétéritait pas le rétablissement des patients." En effet, depuis les années 1990, le développement de nouveaux antibiotiques a subi un net coup d'arrêt, à cause à la fois du peu d'intérêt de la part de l'industrie pharmaceutique (L'industrie pharmaceutique est le secteur économique qui regroupe les activités de...) pour ces médicaments peu rentables et de l'absence de nouvelles cibles thérapeutiques.

Quatorze jours, sept jours ou moins?

L'équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) a mis sur pied une étude randomisée à large échelle, portant sur 504 patients recrutés dans trois hôpitaux suisses entre avril 2017 et mai 2019. "Nous avons divisé de manière aléatoire notre échantillon (De manière générale, un échantillon est une petite quantité d'une matière, d'information, ou...) en trois groupes," détaille Werner Albrich, médecin infectiologue à l'Hôpital de St Gall. "Le premier groupe, le groupe contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...), a reçu le régime habituel d'antibiotiques d'une durée de quatorze jours. Le deuxième groupe a reçu le même antibiotique, mais durant sept jours seulement. Le troisième groupe a quant à lui vu son traitement adapté sur une base journalière, selon le niveau d'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du...) de chaque patient." Et le résultat est sans appel: le traitement a eu la même efficacité dans les trois groupes, démontrant ainsi que l'on peut recommander une diminution de moitié la durée de traitement avec un résultat clinique identique.

Vers des traitements personnalisés

"Par ailleurs, nos travaux montrent également qu'une personnalisation du traitement selon les individus était tout à fait envisageable, ajoute Angela Huttner. "Il faut pour cela mesurer chaque jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) le niveau de CRP - une protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs...) présente dans le sang marquant l'inflammation - un examen de routine réalisé de toute manière en cas de bactériémie.". Les médecins, au cours de cette étude, ont en effet arrêté le traitement chez les patients assignés au 3e groupe dès que leur niveau individuel de CRP avait diminué de 75% par rapport au pic d'inflammation, avec cependant un minimum de cinq jours d'antibiotiques, avec le même succès que les deux autres groupes.

De plus, les scientifiques ont identifié certains facteurs de risque: l'âge élevé, notamment, ainsi que le pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια !...) impliqué. L'Escherichia coli est ainsi plus facilement éliminée que d'autres bactéries, et ce quelle que soit la durée du traitement. "Le principe du "one size fits all" est de moins en moins vrai en médecine, et la caractérisation des biomarqueurs de l'inflammation pourrait aboutir à une véritable personnalisation des traitements, tout en limitant le risque de résistances. Dans un premier temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...), nous pouvons déjà recommander la diminution à sept jours du traitement des infections bactériennes du sang," concluent les auteurs.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.375 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique