Nébuleuse planétaire: un instant fugace
Publié par Redbran le 25/01/2019 à 14:00
Source: ESO
Le Programme des Joyaux Cosmiques de l'ESO capture le dernier soupir d'une étoile en fin de vie

Une coquille évanescente de gaz brillant s'étendant dans l'espace - la nébuleuse planétaire ESO 577-24 - emplit cette image (1). Cette nébuleuse (Une nébuleuse (du latin nebula, « nuage ») désigne, en astronomie, un objet céleste d’aspect diffus composé de gaz raréfié et/ou de...) planétaire (Un planétaire désigne un ensemble mécanique mobile, figurant le système solaire (le Soleil et ses planètes) en tout ou partie....) constitue les restes d'une étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une énorme boule de plasma comme le Soleil, qui est l'étoile la plus proche de la Terre.) de type géante (Une étoile géante est une étoile de classe de luminosité II ou III. Dans le diagramme de Hertzsprung-Russell, les géantes forment deux branches au-dessus de la séquence principale. Elles se...) rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) ayant expulsé ses enveloppes externes, et s'étant changée en une étoile naine très chaude. Ce vestige se refroidira et s'estompera graduellement, au point (Graphie) de devenir le simple fantôme d'une vaste géante rouge.


La faible lueur en provenance de la nébuleuse planétaire ESO 577-24 sera émise durant 10 000 ans, ce qui représente un bref instant à l'échelle astronomique. Le Very Large Telescope de l'ESO a capturé cette enveloppe de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de...) ionisé brillant – le dernier soupir d'une étoile en fin de vie (La vie est le nom donné :) dont les vestiges figurent au centre de cette image. A mesure que l'enveloppe gazeuse de cette nébuleuse planétaire se dilatera et s'obscurcira, elle échappera à notre regard.

Les géantes rouges sont des étoiles en fin de vie dont le coeur désormais dépourvu d'hydrogène (L'hydrogène est un élément chimique de symbole H et de numéro atomique 1.) a commencé à se contracter sous l'effet de la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.). À mesure que la géante rouge se contracte, la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) du noyau augmente, de nouvelles réactions nucléaires se produisent en son sein, et les enveloppes externes sont expulsées dans l'espace, sous la forme d'un puissant vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface d'une planète. Les vents les plus violents connus ont lieu sur Neptune et sur Saturne. Il est essentiel...) stellaire (Stellaria est un genre de plantes herbacées annuelles ou vivaces, les stellaires, de la famille des Caryophyllaceae. Il comprend près de 90 espèces réparties à travers le monde.). Le noyau incandescent de l'étoile en fin de vie émet un rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de transmission d'énergie impliquant une particule porteuse.) ultraviolet (Le rayonnement ultraviolet (UV) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde intermédiaire entre celle de la lumière visible et celle des rayons X.) suffisamment intense pour ioniser les enveloppes éjectées et les faire briller. En résulte la nébuleuse planétaire qui figure sur cette image - soit l'ultime vestige d'une étoile en fin de vie (2).

Cette splendide nébuleuse planétaire fut découverte dans le cadre d'un sondage ( Un sondage peut désigner une technique d'exploration locale d'un milieu particulier. Un sondage peut également être une méthode statistique d'analyse d'une population humaine ou non humaine...) du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.) mené par l'Observatoire Palomar et la National Geographic Society au cours des années 1950. Elle fut listée parmi les Nébuleuses Planétaires du Catalogue d'Abell en 1966 (3). Distante de quelque 1400 années lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde...) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre...), la pâle lueur de ESO 577-24 n'est visible qu'au travers d'un puissant télescope (Un télescope, (du grec tele signifiant « loin » et skopein signifiant « regarder, voir »), est un instrument d'optique permettant d'augmenter la luminosité ainsi que la taille apparente des objets...). A mesure que l'étoile naine se refroidira, la nébuleuse continuera de s'étendre dans l'espace, s'éteignant progressivement.

Cette image de ESO 577-24 a été conçue dans le cadre du Programme des Joyaux Cosmiques de l'ESO, dont l'objectif est de produire des images intéressantes, surprenantes, et visuellement attrayantes d'objets de l'Univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) au moyen des télescopes de l'ESO, à des fins d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication...) et de diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de « distribution », de « mise à disposition » (diffusion d'un produit, d'une information), voire de...) des connaissances. Le programme utilise du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de télescope qui ne peut être dévolu à des observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude...) scientifiques. Toutefois, les images collectées sont mises à disposition des astronomes au travers des archives scientifiques de l'ESO.

Notes
(1) Les nébuleuses planétaires ont été pour la première fois observées par les astronomes du 18ème siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être l'âge du...) - à leurs yeux, leur faible lueur et leurs contours nets évoquaient les planètes du Système Solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre système planétaire) : les huit...).
(2) Lorsque notre Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type naine jaune, et composée...) atteindra l'âge vénérable de 10 milliards d'années, il se changera en géante rouge. Aucune raison de paniquer pour l'instant - il n'est actuellement âgé que de 5 milliards d'années.
(3) Les objets astronomiques sont bien souvent dotés de dénominations diverses et variées, relatives chacune au catalogue qui les mentionne. L'appellation officielle de cet objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est...) au sein du Catalogue Abell des Nébuleuses Planétaires est PN A66 36.
Page générée en 0.024 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique