Nouveaux variants du coronavirus: sont-ils vraiment plus mortels ?

Publié par Adrien le 28/01/2021 à 13:00
Source: ASP
Des variants du coronavirus ont été identifiés à la fin de 2020 au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil, avant de se propager dans plus de 60 pays. Il a rapidement été dit qu'ils étaient plus contagieux, quoique pas plus mortels, information depuis sujet à débats. Mais ce n'est pas aussi simple. Explication.


Photo: Gerd Altmann / Pixabay

La source de l'inquiétude

Un virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) subit continuellement des mutations. Plus le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) de personnes infectées s'accroît, plus le risque augmente qu'une de ces mutations rende ce virus plus "efficace". Depuis le début de la pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et...), l'une des principales craintes a donc été de voir apparaître un variant plus contagieux.

D'après les premières recherches, le variant détecté pour la première fois au Royaume-Uni en novembre, et qui circulait depuis au moins septembre, semble de 50 à 74 % plus transmissible que les autres versions du virus. Les chercheurs l'attribuent à une mutation, similaire à celle repérée dans les variants apparus en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles,...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) et au Brésil, et qui permet au virus de mieux se fixer à nos cellules.

Dans une analyse préliminaire (et pas encore révisée par les pairs) parue le 15 janvier, des chercheurs britanniques auraient observé une plus grande charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) virale chez les personnes infectées par le variant, ce qui expliquerait qu'elles soient plus contagieuses.

Rien n'indique toutefois que les personnes infectées par ces nouveaux variants soient plus malades que les autres ou aient des symptômes différents. Et rien n'indique non plus que le taux de mortalité (La mortalité, ou taux de mortalité est le nombre de décès annuels rapporté au nombre...) soit plus élevé, ce qui a tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) de suite été vu comme une nouvelle rassurante.

Plus de cas: plus de décès

Mais la nouvelle n'est pas rassurante pour autant. Parce que c'est une question de statistiques (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle...): un virus plus contagieux qui se propage davantage dans la communauté signifie qu'il y aura, tôt ou tard, davantage d'hospitalisations. Autrement dit, plus il y a de gens infectés, plus il y a de personnes hospitalisées et plus il risque d'y avoir de décès. Et ce, même si le virus n'est pas plus mortel.

"Un virus qui est 50 % plus contagieux est même plus préoccupant qu'un virus qui est 50 % plus mortel", a résumé sur Twitter (Twitter est un outil de réseau social et de microblogage qui permet à...) l'épidémiologiste britannique Adam Kucharski.

La façon d'évaluer cela passe par le concept du taux de reproduction du virus, ou R. Quand R est égal à 1, chaque personne infectée transmet le virus, en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...), à une autre personne. Le nombre de cas demeure ainsi le même, de semaine en semaine. L'objectif des diverses mesures (confinement, distanciation, masque, etc.) est donc de ramener ce chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) en dessous de 1.

À titre d'exemple, au Québec cet automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et...), ce taux a oscillé entre 0,92 et 1,18. Une augmentation de la transmissibilité de 50 % pourrait donc signifier un R se situant autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de 1,5. S'il devait atteindre ce seuil, ce serait un taux comparable à celui qui avait été atteint à la fin-mars, alors qu'on s'approchait du pic de la première vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les...).

Le magazine Vox illustre l'affirmation d'Adam Kucharski par une communauté fictive où 10 000 personnes sont infectées. Supposons que chaque personne en infectait en moyenne 1,1, avant l'arrivée du nouveau variant. Considérant qu'il peut s'écouler quelques jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) entre le moment où une personne est infectée et celui où elle est contagieuse, un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...) plus tard (à la 5e "génération"), 16 000 étaient contaminées. En supposant un taux de mortalité de 0,8 %, comme c'était le cas en Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni....) à la fin de la première vague, le nombre de morts serait de 128.

Imaginons à présent deux scénarios. Dans le premier, le virus devient 50 % plus mortel: on compterait 192 morts plutôt que 128, après un mois. Dans le second scénario, il devient "simplement" 50 % plus contagieux, comme cela semble être le cas avec ce nouveau variant: le nombre de cas atteint alors 122 000 après un mois, ce qui représenterait 978 décès.


Infographie: Steve Proulx

Une étude britannique non revue par des pairs, parue le 4 janvier, concluait que le variant en question se propageait avec un taux de 1,45 - malgré les restrictions sanitaires - comparativement à un taux de propagation de l'ancienne version de 0,95. Une semaine plus tôt, une analyse préliminaire du Collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même...) impérial de Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville...) avait été plus inquiétante encore, faisant état de différentes estimations qui plaçaient le taux de reproduction entre 1,4 et 1,8.

On peut nuancer cela en rappelant que les décès surviennent davantage dans des populations vulnérables, et qu'il n'est pas inévitable que ce variant pénètre des milieux où résident des populations plus malades ou plus âgées.

Mais on peut aussi ajouter que si le taux de contagion (La contagion est le fait de transmettre une maladie de façon directe ou indirecte.) est plus élevé, le pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une...) de la population qui devra être vaccinée pour atteindre l'immunité collective devra également être plus élevé.

Verdict

Un virus plus contagieux entraine inévitablement une hausse des hospitalisations, et celles-ci entraînent un risque accru d'une augmentation des décès, du moins dès que le virus atteint les populations les plus vulnérables.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.486 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique