Ce panneau solaire fonctionne... la nuit: comment est-ce possible ?

Publié par Cédric le 06/12/2023 à 08:00
Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Source: Ici Beyrouth
2
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Alors que nous dépendons de plus en plus des technologies électriques dans des besoins variés allant des téléphones portables aux véhicules par exemple, l'énergie est le moteur essentiel de leur fonctionnement. Cependant, l'épuisement des sources énergétiques et les limites des batteries représentent un défi majeur. Un chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) libanais, Raja Yazigi, pourrait bien bouleverser cette donne grâce à une percée majeure dans le domaine des cellules photovoltaïques.


Imaginez un univers où recharger votre téléphone (Le téléphone est un système de communication, initialement conçu pour transmettre la voix...) ou votre voiture électrique (Une voiture électrique est une automobile mue par la force électromotrice de moteurs...) ne serait plus nécessaire. Cette utopie pourrait devenir réaliste plus tôt qu'on ne le pense, grâce à une récente innovation: des panneaux solaires capables de fonctionner sans interruption, y compris durant la nuit, sans recourir à des batteries. C'est le défi que Raja Yazigi s'est lancé, cherchant à exploiter l'énergie solaire (L'énergie solaire est l'énergie que dispense le soleil par son rayonnement, directement ou de...) en continu, qu'il s'agisse de la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) du jour ou des ondes infrarouges nocturnes.

Yazigi a mis au point un matériau novateur, gardant jalousement sa composition secrète pour l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas...). Néanmoins, il a révélé que ce matériau de synthèse surpassait le silicium (Le silicium est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Si...) utilisé dans les cellules photovoltaïques traditionnelles, offrant une meilleure photoconductivité. "Pour une même quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la...) reçue, notre matériau génère plus de courant électrique (Un courant électrique est un déplacement d'ensemble de porteurs de charge...) que le silicium actuel", a-t-il déclaré.

Ayant conclu la phase de recherche, Yazigi se tourne désormais vers la synthèse de ce matériau semi-conducteur (Un semi-conducteur est un matériau qui a les caractéristiques électriques d'un...) révolutionnaire. Plusieurs laboratoires en France et dans des zones francophones ont été identifiés pour mener à bien cette mission. "Une fois les fonds réunis, estimés à au moins cinq millions de francs suisses, nous pourrons démarrer. La production du premier échantillon (De manière générale, un échantillon est une petite quantité d'une matière, d'information, ou...) devrait prendre deux ans", a-t-il expliqué.

Malgré le coût initial de fabrication, Yazigi assure que cette technologie ne deviendra pas plus coûteuse que les panneaux solaires classiques à long terme. Il explique: "Mon choix s'est porté sur un alliage (Un alliage est une combinaison d'un métal avec un ou plusieurs autres éléments...) entre plusieurs atomes, une composition qui, bien que nouvelle, ne sera pas plus onéreuse que le silicium actuel."

Envisageant un marché orienté vers les entreprises du secteur solaire, Yazigi évoque des partenariats potentiels avec des fabricants de cellules solaires bien établis, tels que Suntech en Chine. "Cela pourrait révolutionner un marché de 200 milliards de dollars par an, avec une croissance annuelle de 30%, bénéficiant à de nombreux acteurs déjà en place", anticipe-t-il.

Yazigi reste réaliste quant à l'impact potentiel de son innovation. Bien qu'il reconnaisse que les poids lourds du secteur solaire en tireront profit en premier lieu, il espère que cette avancée puisse bénéficier à l'ensemble du monde, en particulier aux pays arabes. "Nous pourrions équiper des maisons, des véhicules, voire alimenter des mini-usines de désalinisation autonomes dans la région, créant ainsi des opportunités d'emploi", envisage-t-il, gardant toujours le Liban au cœur de ses aspirations.
Page générée en 0.188 seconde(s) - site hébergé chez Contabo | English version
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique