Un pulsar double confirme la théorie générale de la relativité
Publié par Adrien le 10/07/2008 à 00:00
Source: Gilbert Javaux - PGJ Astronomie
Illustration: Michael Kramer, University of Manchester
L'observation de deux pulsars, c'est-à-dire deux étoiles à neutrons très magnétiques, tournant l'un autour de l'autre, apporte la preuve que la théorie générale de la relativité est encore valide dans de forts champs gravitationnels, annoncent des chercheurs.


Vue d'artiste (Est communément appelée artiste toute personne exerçant l'un des métiers ou activités suivantes :) du couple d'étoiles binaires

Ce résultat contribue à répondre à d'anciennes questions de la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la...) et suggère que les théories générales de la relativité et de la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) que nous vérifions sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la...) sont encore vraies quand deux objets massifs sont en orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) l'un autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre...) de l'autre. Ce travail fournit aussi un nouveau test pour ces théories générales.

Le pulsar (Un pulsar, dont le nom provient de l'abréviation de pulsating radio source (source radio pulsante), est le nom donné à une étoile à neutrons tournant très rapidement sur elle-même...) double récemment découvert est fait de telle sorte que l'un éclipse (Une éclipse correspond à l'occultation d'une source de lumière par un objet physique. En astronomie, une éclipse se produit lorsqu'un objet (comme une planète ou un satellite naturel) occulte une source de lumière (comme...) l'autre vu de la Terre, une partie de son rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de transmission d'énergie impliquant une particule...) étant bloqué par son compagnon. Cette éclipse renseigne sur l'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) et la rotation du pulsar caché et ces données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) peuvent alors être combinées avec les observations des deux pulsars pour confirmer la relativité générale (La relativité générale, fondée sur le principe de covariance générale qui étend le principe de relativité aux...) dans un système massif (Le mot massif peut être employé comme :) à forte gravité. Pour arriver à ces conclusions, René Breton et ses collègues ont surveillé le pulsar double de décembre 2003 à novembre 2007 à partir du télescope (Un télescope, (du grec tele signifiant « loin » et skopein signifiant « regarder, voir »), est un instrument d'optique permettant d'augmenter la luminosité...) de Green Bank en Virginie-Occidentale.

Page générée en 0.453 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique