Quel rôle pour les ménages dans la transition énergétique ?
Publié par Adrien le 28/06/2019 à 08:00
Source: Université de Genève
Des chercheurs de l'UNIGE, en collaboration avec un consortium européen, ont mis en place le projet ENERGISE qui aide les ménages à diminuer leur consommation énergétique sans nuire à leur confort.


© DR

Quel est le rôle des ménages dans la transition énergétique ? Un simple geste peut-il faire la différence ? Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) européen ENERGISE, dirigé par l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) de Genève (UNIGE) pour la Suisse, a expérimenté une réduction de la consommation énergétique sur 300 ménages de 8 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le...) différents. L'objectif ? Baisser la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du transfert de...) ambiante du logement à 18°C et réduire de moitié le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de lessives durant quatre semaines. Les résultats démontrent que ces actions n'ont pas d'impact sur le confort des habitants, mais permettent une baisse de la consommation d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) de 6%, une économie de 13 millions de m3 d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) et un gain de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) hebdomadaire d'une heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure solaire » employé pour...).

Dans le contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu...) actuel de la crise climatique, la transition énergétique à l'échelle des ménages joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à...) un rôle central. C'est pourquoi les initiatives qui visent une consommation énergétique plus durable au quotidien se sont multipliées dans les dernières années. Toutefois, 75% d'entre elles invitent à des changements techniques (comme remplacer les ampoules incandescentes par des LED) ou individuels (comme éteindre la lumière). "Mais cela n'est pas suffisant, relève Marlyne Sahakian, professeure à la Faculté des sciences de la société (SDS) de l'UNIGE. Pour obtenir un réel changement, il faut aborder la consommation énergétique en lien avec la vie (La vie est le nom donné :) quotidienne dans toute sa complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en biologie (par exemple par Henri Atlan), en sociologie,...), c'est-à-dire en tenant compte des normes sociales autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) du confort et de l'hygiène (L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections et l'apparition de maladies infectieuses. Elle se base essentiellement sur trois actions :)."

Le chauffage et la lessive (Originellement, la lessive (du latin lixiva : « eau pour la lessive ») désignait l'eau de lavage ou l'action de laver du linge, puis le linge...) comme chevaux de bataille

Le projet ENERGISE a suivi 300 ménages de 8 pays européens, dont 36 pour la Suisse, dans une approche "living lab". "Il ne s'agissait pas d'imposer un comportement aux gens, mais d'imaginer avec eux la manière dont ils pouvaient réduire au mieux leur consommation énergétique", continue la chercheuse genevoise. Deux domaines significatifs ont été ciblés par le projet: le chauffage et la lessive.

Deux challenges ont ainsi été mis en place par ENERGISE: baisser la température ambiante des logements à 18°C et réduire de moitié les cycles de lessive, durant quatre semaines pour chaque challenge. "Afin de soutenir les ménages, nous leur avons distribué des boîtes qui contenaient des éléments liés au chauffage (chaussettes, chocolats chauds, etc.) et à la lessive (brosse, tablier, terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des...) de sommière, etc.)", explique Marlyne Sahakian.

Une réduction de la consommation énergétique d'au moins 6% et 13 millions de m3 d'eau économisés sur une année

Durant ces quatre semaines, les ménages sont parvenus à modifier significativement leurs pratiques. Les chercheurs ont constaté que la diminution de 1°C de la température ambiante du logement n'impactait nullement le confort habituel des habitants, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en permettant une économie d'énergie de 6%, soit près du double de l'énergie nécessaire à toutes les lessives et le séchage. Même si peu de ménages ont réussi à atteindre les 18°C, les habitants qui ont réduit de 1 à 3°C doivent, certes, s'habiller plus chaudement chez eux en hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) et ne plus être en t-shirt et pieds nus, mais ils ressentent un impact positif sur leur santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), surtout dans la chambre à coucher.

Du côté du lavage du linge, une lessive de moins par semaine et par ménage durant un an représente une économie d'environ 13 millions de m3 d'eau, soit plus de 5000 piscines olympiques, 10 millions de litres de produit lessive et l'équivalent de la consommation d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la physique...) annuelle de 90'000 ménages. "Et cela sans compter le gain de temps passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur...) à trier le linge, le repasser et le ranger, soit environ une heure de travail domestique hebdomadaire de gagné et un soulagement de la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un...) mentale", souligne Marlyne Sahakian.

Changer les pratiques sociales

De nombreux comportements reflètent simplement nos représentations des normes sociales et n'ont pas vraiment de raison d'être en pratique, comme changer d'habits tous les jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...) et les laver alors qu'ils sont encore propres. "Parfois, il suffit simplement de les aérer ou d'enlever une petite tâche, sans pour autant faire une lessive", constate la chercheuse. En un siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une...), la température ambiante des logements est par ailleurs passée de 15°C à 22°C grâce à des changements techniques, qui ont contribué à transformer les standards de confort vers des températures plus élevées. Mais chacun n'est pas à son aise à 22°C, certains préfèrent la fraicheur, d'autres la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !). Ainsi, les standards de confort intérieur demeurent assez variés. Les personnes à mobilité réduite ont besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes...) de plus de chauffage, par exemple. Dans tous les cas, prendre conscience du caractère relatif de nos standards et de nos attentes permet de remettre en question des normes et des représentations qui sous-tendent nos pratiques.

La majorité des ménages d'ENERGISE ont intégré les pratiques développées pendant les challenges à leur mode de fonctionnement ordinaire. Mais il s'agit à présent de généraliser ces habitudes à l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une...) de la société. "Le concept d'économie d'énergie est abstrait, c'est pourquoi il faut le lier au confort. Cela permet de constater que dans les foyers qui ne vivent pas d'insécurité énergétique, il n'y a pas de changement lorsque l'on diminue simplement de 1°C la température ambiante, mais que les économies, elles, sont bel (Nommé en l’honneur de l'inventeur Alexandre Graham Bell, le bel est unité de mesure logarithmique du rapport entre deux puissances, connue pour exprimer la...) et bien là", s'enthousiasme Marlyne Sahakian. Cette simple modification des pratiques permet à elle seule d'économiser 6% de l'énergie dédiée au chauffage, alors que les objectifs de la Stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) énergétique 2050, acceptée par le parlement en 2017, tablent sur une diminution de 13% de la consommation énergétique par personne en 2035, par rapport à celle de l'an 2000.
Page générée en 0.219 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique