Réchauffement climatique: une modification du régime alimentaire aux graves conséquences
Publié par Adrien le 08/11/2019 à 08:00
Source: CNRS INEE
Le changement climatique menace le fonctionnement des communautés d'espèces en modifiant la persistance de chaque espèce et également les différentes interactions entre elles. La modification de ces interactions est importante à comprendre pour appréhender la réponse au changement climatique d'une communauté dans son ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...). Cela est particulièrement vrai pour des espèces à fortes interactions, telles que les proies et les prédateurs ou les hôtes (Les Hôtes (Hostess) est une nouvelle de science-fiction d'Isaac Asimov, publiée pour la première fois en 1951 dans Galaxy Science Fiction. Elle est disponible en français dans le recueil...) et leur flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition...) microbienne. Une équipe de chercheurs du Laboratoire Évolution et Diversité Biologique de Toulouse (EDB - CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et...) Toulouse III-Paul Sabatier /ENFA) et de la station d'Ecologie Théorique et Expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan formel, esthétique, que sur le plan culturel et politique. En science, il s'agit d'approches de recherche basées...) du CNRS (SETE - CNRS / Université Toulouse III-Paul Sabatier) a ainsi montré que quelques degrés de plus modifierait le régime alimentaire (Pour les régimes alimentaires d'ordre culturel pratiqués par l'Homme voir pratique alimentaire; Pour les régimes visant à perdre du poids voir régime...) d'un petit reptile (Un reptile (Reptilia en latin) est un animal vertébré, généralement tétrapode, amniote, et membre de la classe des sauropsides. Les premiers animaux à pouvoir...), rendant son alimentation moins diversifiée, et que cette modification allait de pair avec une baisse de leur survie et une altération de leur flore intestinale (La flore intestinale est l'ensemble des micro-organismes qui se trouvent dans le tube digestif. Le terme de flore intestinale n'est guère correct, puisqu'il s'agit surtout de bactéries alors que le...). Cette nouvelle étude à paraître dans la revue Proceedings of the Royal Society B démontre l'urgence de mieux comprendre l'impact du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie qui...) sur les relations entre espèces afin de les protéger plus efficacement.

Une espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base...) interagit avec un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets »,...) complexe d'espèces au sein d'une communauté et ces interactions, en particulier les interactions proies-prédateurs, jouent un rôle fondamental pour ces espèces, de la physiologie (La physiologie (du grec φύσις, phusis, la nature, et λόγος, logos, l'étude, la science) étudie le...) des individus à la stabilité des populations. Le changement climatique peut modifier ces interactions par des altérations soit du régime alimentaire des consommateurs soit de la composition en espèces des communautés. Cette modification des interactions peut se répercuter sur la survie des différentes espèces interagissant. Dans une récente étude, des chercheurs de l'Université de Toulouse (Cette page est consacrée au PRES Université de Toulouse. Pour les pages sur les universités voir Université Toulouse I, Université Toulouse II-Le Mirail, Université...) 3 et du CNRS ont quantifié l'impact d'un climat plus chaud sur le régime alimentaire d'un reptile, le lézard (Les lézards sont des petits reptiles de l'ordre des Squamates. Ils partagent le fait d'avoir quatre pattes, des oreilles à tympan apparent sans conduit auditif externe, le corps...) vivipare (Zootoca vivipara), et les conséquences pour leur survie et leur flore intestinale, un élément clef (Au sens propre, la clef ou clé (les deux orthographes sont correctes) est un dispositif amovible permettant d'actionner un mécanisme.) de la viabilité et de l'adaptation des hôtes.


Lézard vivipare (Zootoca vivipara) © E.Bestion

Les chercheurs ont soumis des populations de lézard vivipare à différents climats: un climat actuel et un climat plus chaud de 2°C, correspondant aux prédictions climatiques optimistes pour la fin du siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où...). Pour cela, ils ont utilisé le Métatron (Service proposé dans le cadre de l'Infrastructure ANAEE-France), un système d'enclos recréant des milieux naturels avec contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid...), de l'hygrométrie et du rayonnement solaire (En plus des rayons cosmiques (particules animées d'une vitesse et d'une énergie extrêmement élevées), le Soleil rayonne des ondes électromagnétiques dont le spectre s'étend des ondes décamétriques aux rayons gamma en passant par la...). Chaque enclos de 100 m² simule un mini-écosystème avec des communautés végétales et animales naturelles et diversifiées. Après avoir passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur le présent. L'intuition...) 3 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) dans ces conditions climatiques, le régime alimentaire des lézards a été estimé grâce aux isotopes stables et à un suivi des communautés d'invertébrés. La survie, la condition corporelle et la diversité des communautés bactériennes présentes dans leur flore intestinale ont également été quantifiées.

Ces travaux ont mis en évidence que les lézards vivant dans un climat plus chaud ont modifié leur régime alimentaire en réduisant le panel (Le panel est un groupe de personnes interrogées régulièrement sur leurs opinions ou leurs attitudes. Les personnes peuvent participer aux enquêtes par courrier, téléphone ou, de plus en plus souvent, via un site...) de proies consommées et en consommant plus d'invertébrés prédateurs (ex: araignées) que d'invertébrés phytophages (ex: grillons). Ces changements de régime alimentaire s'accompagnent d'une survie et d'une diversité bactérienne plus faible en climat chaud. Ces résultats démontrent une modification des interactions proies-prédateurs avec de potentielles conséquences sur la viabilité des populations et l'évolution de cette espèce prédatrice, les communautés d'espèces en interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) et les dynamiques éco-évolutives.


Elvire capturant les lézards. © J. Cote


Metatron (Moulis 09) © O. Guillaume

Référence

"Altered trophic interactions in warming climates: consequences for predator diet breadth and fitness", Elvire Bestion, Andrea Soriano-Redondo, Julien Cucherousset, Staffan Jacob, Joël White, Lucie Zinger, Lisa Fourtune, Lucie Di Gesu, Aimeric Teyssier and Julien Cote, Proceedings of the Royal Society B, 2019
Page générée en 0.008 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique