La Russie vise l'exploitation de l'hélium-3 lunaire

Publié par Adrien le 10/02/2006 à 00:00
Source: flashespace.com
Illustration: NASA
Face à l'intérêt que portent les Etats-Unis et la Chine à la colonisation de la Lune, la Russie se devait de réagir. S'il ne fait aucun doute que cette colonisation de la Lune sera avant tout un projet technologique (mise en place de toute une infrastructure à même de soutenir la présence de l'homme) et scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...) (la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire...) jouera un grand rôle avec l'installation de moyens d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) de l'Univers), l'exploitation de ses ressources se dessinent à travers les déclarations des uns et des autres.

La Russie vient donc d'annoncer son intention d'exploiter l'hélium-3 présent sur la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du...) dès 2020. Pour cela, elle projette l'installation d'une base permanente capable d'extraire de la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) l'hélium-3 et le développement d'un nouveau système de transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus...) lourd. Son installation est programmée pour 2015 et 5 ans plus tard, la Russie se dit capable de démarrer un service de transport régulier entre la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...) et la Lune.

Quant au système de transport, la Russie doit s'appuyer sur Kliper (Kliper est un projet de future navette spatiale russe, initialement prévue pour remplacer les...), le successeur des capsules Soyouz (Soyouz (du russe Союз, Union) désigne une famille de vaisseaux...) en cours de développement, le remorqueur (Les remorqueurs sont des bateaux petits, très puissants et très manœuvrants qui servent à...) spatial Parom et un vaisseau cargo de type Progress (Le Progress est un véhicule spatial développé en 1978 dans le cadre du programme...) mais capable de transporter beaucoup plus de charge utile (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...). Selon les premières études exploratoires, le Parom, bien qu'initialement conçu pour Kliper, serait modifié de façon à être capable de propulser le nouveau cargo spatial. Ce cargo, qui n'a pas vocation à être habité, doit multiplier les capacités d'emport de Progress par 5.

Enfin, la partie russe de la Station Spatiale Internationale (La Station spatiale internationale (en anglais International Space Station ou ISS) est un habitat...) serait utilisée comme relais de transport entre la Lune et la Terre. Cela implique la mise en place d'un nouveau port d'amarrage (Le terme d'amarrage est utilisé dans deux domaines :) adapté au nouveau cargo et à une meilleure production d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la...).

Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.159 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique