Sans châtiment corporel, les enfants se développent mieux
Publié par Adrien le 27/07/2011 à 12:00
Source: Université McGill
Une étude conclut que les châtiments non corporels améliorent les fonctions exécutives des enfants

Selon une nouvelle étude à laquelle ont participé deux écoles privées d'un pays de l'Afrique de l'Ouest, les enfants qui fréquentent une école qui a recours au châtiment corporel réussissent beaucoup moins bien à accomplir des tâches faisant appel aux fonctions exécutives - des processus psychologiques comme la planification (La planification est la programmation d'actions et d'opérations à mener), la pensée abstraite et les gratifications dilatoires - que ceux dont l'école s'en remet à des mesures disciplinaires plus douces comme le retrait.

Publiées dans le journal Social Development (Development est une revue scientifique bimensuelle à comité de lecture couvrant tous les champs de la génétique évolutive du développement allant de la biologie cellulaire, des cellules souches, la biologie...), les découvertes concluent qu'un environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...) très sévère peut avoir des effets néfastes à long terme sur l'intelligence verbale des enfants et leurs fonctions exécutives. Ainsi, l'étude indique que les enfants exposés à un environnement très sévère pourraient développer des problèmes comportementaux liés aux déficits des fonctions exécutives.

Réalisée par la professeure Victoria Talwar, de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) McGill, la professeure Stephanie M. Carlson, de l'Université du Minnesota, et le professeur Kang Lee, de l'Université de Toronto, l'étude portait sur 63 enfants de maternelle ou de première année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) qui fréquentent deux écoles privées de l'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres émergées. Avec...) de l'Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou...). Leurs familles vivent dans le même quartier urbain. Les parents étaient pour la plupart fonctionnaires, professionnels et commerçants.

Dans l'une des écoles, la discipline sous forme de coups donnés avec un bâton, de tapes (Les Tapes sont des mollusques, ce sont les clovisses ou palourdes.) sur la tête et de pincements était administrée publiquement et de manière routinière pour des offenses allant de l'oubli d'un crayon au fait de perturber la classe. Dans l'autre école, les enfants étaient punis pour des offenses similaires par le retrait et la réprimande verbale.

Bien que le rendement général dans les tâches nécessitant des fonctions exécutives se ressemblait chez les plus jeunes des deux écoles, les enfants de première année fréquentant l'école n'ayant pas recours au châtiment corporel ont obtenu des notes beaucoup plus élevées que ceux de l'autre école. Ces résultats correspondent aux découvertes provenant de recherches voulant que le châtiment corporel puisse faire obéir immédiatement les enfants, mais qu'il réduise la plausibilité que les enfants assimilent les règles et les normes, ce qui peut alors avoir comme résultat un moins bon contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) de soi à mesure que les enfants vieillissent.

"Cette étude démontre que le châtiment corporel n'enseigne pas aux enfants comment se comporter et qu'il n'améliore pas leur apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par...)", a déclaré la professeure Talwar. "À court terme, il se peut qu'il n'ait pas d'effets négatifs; mais si on se fie constamment au châtiment corporel, il ne contribuera pas à développer les habiletés des enfants à résoudre des problèmes, ni leur capacité à inhiber un comportement inapproprié ou à apprendre."

Malgré le débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées,...) de longue date sur les effets des châtiments corporels, peu d'études ont examiné les effets sur les habiletés à utiliser les fonctions exécutives. Cette nouvelle étude fait appel à une démarche quasi-expérimentale pour obtenir des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) à partir d'une situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le qualifier à travers...) qui se produit naturellement, à laquelle les enfants ont été exposés dans deux environnements disciplinaires différents. Les parents des enfants des deux écoles approuvaient également le châtiment corporel, ce qui laisse penser que l'environnement scolaire peut avoir un impact sur les différences trouvées.

Plusieurs questions restent sans réponse. "Nous examinons maintenant si le fait de fréquenter quotidiennement un environnement de punitions corporelles aura d'autres effets négatifs sur les enfants, comme le fait de mentir ou d'adopter d'autres comportements antisociaux implicites. Par ailleurs, nous étudions les conséquences à long terme au fait d'avoir subi l'expérience des châtiments corporels. Par exemple, quel serait le développement cognitif et social des enfants, cinq ou dix ans plus tard?", a déclaré le professeur Kang Lee.

Les découvertes coïncident avec une controverse présente dans l'actualité. "Aux États-Unis, 19 États permettent encore le châtiment corporel dans les écoles, bien que la plupart d'entre elles demandent maintenant le consentement des parents pour y avoir recours. Grâce à cette nouvelle preuve que cette pratique pourrait en fait nuire aux habiletés cognitives des enfants qui sont nécessaires au contrôle de soi et à l'apprentissage, les parents et les décideurs peuvent être mieux informés", a déclaré la professeure Stephanie M. Carlson.
Page générée en 0.309 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique