Stéatose hépatique chez les patients atteints de VIH: la vitamine E serait sûre et efficace
Publié par Isabelle le 17/02/2020 à 14:00
Source: Université McGill
Par Gillian Woodford

Une forme de stéatose hépatique qui touche fréquemment les patients atteints du VIH peut être traitée en toute sécurité au moyen de la vitamine E, révèle une nouvelle étude de l'Université McGill.


Stéatose hépatique chez les patients atteints de VIH: la vitamine E serait sûre et efficace. (C)McGill

La stéatohépatite non alcoolique (SHNA), une forme grave de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD, pour nonalcoholic fatty liver disease), se caractérise par une inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure,...) et des dommages cellulaires au foie (Le foie est un organe abdominal impair et asymétrique, logé chez l'homme dans l'hypocondre droit, la loge sous-phrénique droite, la partie supérieure du creux épigastrique puis atteint l'hyponcondre et qui...). Cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) potentiellement dangereuse peut évoluer vers une cirrhose (La cirrhose est une maladie chronique du foie dans laquelle l'architecture hépatique est bouleversée de manière diffuse par une destruction des cellules du foie (hépatocytes), suivie de lésions de...) ou un cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est...) du foie.

"L'effet positif de la vitamine E en cas de stéatose hépatique était déjà établi pour la population générale", indique l'auteure principale de l'étude, la Dre Giada Sebastiani, professeure agrégée au Département de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son...) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) McGill et scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) du Centre universitaire de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) McGill. "Notre étude indique maintenant qu'il s'agit d'un traitement sûr et efficace dans la population de patients atteints du VIH, où la stéatose hépatique est plus prévalente."


McGill

L'étude est parue le 1er février 2020 dans la revue AIDS.

La Dre Sebastiani signale que la NAFLD touche actuellement jusqu'à 48 % des Canadiens vivant avec le VIH et 25 % de la population générale. Le tiers des patients atteints de NAFLD souffrent d'une SHNA. On a émis plusieurs hypothèses pour expliquer la prévalence élevée de la maladie chez les patients porteurs du VIH, souligne la scientifique: "Ce pourrait être dû à une inflammation associée au VIH, aux antirétroviraux que les patients doivent prendre toute leur vie (La vie est le nom donné :), et aux problèmes métaboliques dont ils souffrent très souvent, comme le diabète (Le diabète présente plusieurs formes, qui ont toutes en commun des urines abondantes (polyurie). Le mot « diabète » vient du grec ancien dia-baïno, qui signifie « passer au...) et l'hyperlipidémie. Malheureusement, il n'existe pas encore de traitement homologué de la stéatose hépatique pour les gens atteints du VIH."

Dans le cadre de l'étude, 27 patients atteints du VIH et de la SHNA ont reçu de la vitamine E deux fois par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...), à des doses facilement tolérées. "Nous avons observé que la vitamine E abaissait les taux de transaminases hépatiques (le principal test sanguin de la fonction hépatique) et de gras dans le foie, mesuré grâce à l'échographie, un examen non effractif", explique la Dre Sebastiani. "Ces améliorations étaient encore plus marquées que celles observées chez les personnes non porteuses du VIH." Même si elle s'attendait à une diminution de l'inflammation et du gras hépatique dans le groupe atteint du VIH, la Dre Sebastiani a été agréablement surprise de l'ampleur de l'effet de la vitamine E chez ces personnes.

La Dre Sebastiani précise que puisque l'étude est considérée comme un projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) pilote, puisqu'elle a été réalisée sans groupe témoin, auprès d'un petit groupe de participants et sur une courte période de suivi (24 semaines). "Nous serions intéressés à mener un essai contrôlé randomisé auprès d'un plus grand groupe, sur une plus longue période", dit-elle.

Italienne d'origine, la Dre Sebastiani est arrivée à McGill il y a sept ans dans le but d'établir un programme de recherche de calibre mondial sur la stéatose hépatique et les outils diagnostiques non effractifs des maladies hépatiques. Ces dernières années, le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de cas de stéatose hépatique - maladie auparavant associée uniquement à l'abus d'alcool - a explosé au Canada, en particulier chez les personnes obèses. La Dre Sebastiani prédit que la NAFLD deviendra la principale indication (Une indication (du latin indicare : indiquer) est un conseil ou une recommandation, écrit ou oral.) pour une greffe du foie au cours des 10 prochaines années.


McGill

Publication:
"Vitamin E is an effective treatment for non-alcoholic steatohepatitis in HIV mono-infected patients", par G. Sebastiani, P. Ghali, M. Klein, et al, est paru le 1er février 2020 dans la revue AIDS. doi: 10.1097/QAD.0000000000002412
Page générée en 0.982 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique