Syndrome post-Covid: les 12-17 ans sont les enfants les plus à risque

Publié par Redbran le 01/12/2022 à 13:00
Source: Université de Genève
...
L'étude SEROCoV-KIDS menée par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et l'Université de Genève (UNIGE) auprès de 1 034 enfants montre qu'au moins 14 % des adolescents et adolescentes qui ont des antécédents d'infection par le SRAS-CoV‑2, présentent au moins un symptôme (Un symptôme représente une des manifestations subjectives d'une maladie ou d'un processus...) caractéristique du syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible...) post-COVID durant plus de 12 semaines. L'étude révèle aussi que le risque de développer un syndrome post-COVID est plus élevé chez les jeunes issus d'un milieu socio-économique modeste ou souffrant de maladies chroniques, en particulier l'asthme. Cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) portant sur la population genevoise est une des premières à identifier clairement la prévalence et les facteurs de risque de ce syndrome chez l'enfant. L'importance de ces résultats pour la santé publique (La santé publique peut être définie de diverses manières. On peut en effet la...) mondiale est reconnue par une publication dans la prestigieuse revue Nature Communications.


L'étude s'est intéressée à 1034 enfants de 6 mois à 17 ans qui ont été testés pour détecter des signes d'infection antérieure par le SRAS-CoV-2 grâce à des analyses sérologiques. © HUG

Les enfants, comme les adultes, peuvent présenter un syndrome post-COVID, également appelé COVID long. Il est caractérisé par des symptômes de la maladie COVID‑19 persistants au-delà de 12 semaines après l'infection et ne pouvant être expliqués par d'autres causes. Les symptômes pédiatriques les plus fréquemment déclarés sont la fatigue, les maux de tête, l'essoufflement, la toux chronique et des douleurs musculaires. Les conséquences non négligeables sur la qualité de vie (La qualité de vie d’une population est un enjeu majeur en sciences économiques et...) et le quotidien ont mené la communauté scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...) et médicale à reconnaître ce syndrome et à s'accorder sur sa définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la...) chez les enfants.

Malheureusement, ce syndrome reste peu étudié pour cette catégorie d'âge. "Nous avons cherché à combler le manque de données en évaluant la prévalence des symptômes sur un échantillon (De manière générale, un échantillon est une petite quantité d'une matière, d'information, ou...) représentatif de la population générale du canton de Genève. Nous avons également voulu identifier les facteurs de risque de symptômes persistants", précise Roxane Dumont, doctorante à l'Unité d'épidémiologie populationnelle des HUG, qui a contribué à cette étude.

Des données très attendues

La doctorante, dont c'est l'une des premières publications comme première auteure, et ses collègues ont constaté que 4% de l'échantillon (enfants, adolescentes et adolescents infectés et non infectés) présentaient des symptômes persistants pouvant être expliqués par une infection au Covid-19.

En ne considérant que les adolescentes et adolescents âgés de 12 à 17 ans, ils ont constaté que les symptômes persistants étaient 8% plus fréquents chez ceux et celles qui présentaient des signes d'infection antérieure que chez ceux et celles qui n'en avaient pas. Pour les enfants âgés de 6 mois à 11 ans, aucun lien entre les symptômes persistants et les antécédents d'infection n'a été identifié.

Leur analyse des facteurs critiques montre que le risque de symptômes persistants est associé à un statut socio-économique inférieur et à des affections chroniques, particulièrement l'asthme. Ceci est conforme à la littérature qui souligne de plus en plus les inégalités sociales en matière d'incidence, de dépistage (Le dépistage, en médecine, consiste en la recherche d'une ou de plusieurs maladies ou...) et de sévérité de l'infection au Covid-19. Celles-ci s'expliqueraient par une plus grande exposition au virus, une plus grande sensibilité à l'infection, davantage de comorbidités et moins d'entrain à la vaccination (La vaccination est un procédé consistant à introduire un agent extérieur (le...) chez les personnes de bas niveau socio-économique.

Une approche robuste

L'étude s'est intéressée à 1 034 enfants de 6 mois à 17 ans qui ont été testés pour détecter des signes d'infection antérieure par le SRAS-CoV-2 grâce à des analyses sérologiques. Une bonne moitié d'entre eux, c'est-à-dire 570 (55.1%), se sont révélés positifs. Des informations ont également été recueillies auprès des parents pour savoir si les enfants avaient présenté des symptômes persistants compatibles avec le syndrome post-COVID et quels étaient leur statut social et leur historique médical.

"Nous avons comparé des enfants et des adolescents et adolescentes présentant des anticorps anti-SARS-COV2 liés à une infection naturelle à leurs homologues n'en présentant pas. Cette approche robuste permet de déterminer si les symptômes sont bien dus à une infection préalable. Elle est difficile à conduire et était jusqu'ici largement absente des études", indique Pr Idris Guessous, co-investigateur de l'étude, médecin-chef du Service de premier recours des HUG et professeur associé au Département de santé et médecine communautaires de la Faculté de médecine de l'UNIGE.

L'importance du dépistage

L'étude, conduite par le Service de médecine de premier recours et le Service de pédiatrie (La pédiatrie est une branche spécialisée de la médecine qui étudie le...) générale des HUG, suggère que les efforts de prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter...) et de dépistage doivent être accentués chez les plus jeunes, en particulier les 12 à 17 ans. L'objectif est de mettre en place une prise en charge efficace et rapide pour limiter les conséquences du syndrome post-COVID sur la vie des adolescents et des adolescentes.

L'étude SEROCoV-KIDS est menée depuis 2021 par les équipes de l'Unité d'épidémiologie populationnelle du Service de médecine de premier recours, en collaboration avec l'Hôpital des enfants. L'étude a été financée par la Fondation Jacobs et l'Office fédéral pour la santé publique (OFSP).
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.168 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique