La thérapie génique au secours de la greffe de poumon
Publié par Publication le 08/11/2009 à 00:00
Pour la première fois dans l'histoire de la médecine, la thérapie génique a permis de réparer les poumons endommagés de donneurs potentiels afin qu'ils puissent être utilisés pour la transplantation. Ce travail a été publié dans la revue Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de connaissances, d'études...) Translational Medicine parue le 28 octobre 2009. L'équipe à l'origine de cette innovation médicale est dirigée par le docteur Shaf Keshavjee du McEwen Centre for Regenerative Medicine de Toronto au Canada. Il est estimé qu'avec cette nouvelle technique, le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de donneurs d'organes disponibles pour une transplantation pulmonaire (Les pulmonaires sont des plantes de la famille des Boraginacées appartenant au genre Pulmonaria. Elles doivent leur nom au fait que, selon les Romains, leur racine était censée guérir les maladies du poumon (pulmonaria...) pourrait doubler. Cette nouvelle permettrait de sauver beaucoup de vies chez les patients en attente de greffe du poumon (Le poumon est un organe invaginé permettant d'échanger des gaz vitaux, notamment l'oxygène et le dioxyde de carbone. L'oxygène est nécessaire au métabolisme de l'organisme, et le dioxyde de carbone doit...).


La thérapie génique au secours de la greffe de poumon - Illustration: Dr. Marcelo Cypel

Bien que la première transplantation pulmonaire ait été réalisée chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon,...) dès 1987, elle est l'une des moins pratiquées des greffes d'organes principalement à cause du manque de greffons sains. La très grande majorité des poumons greffés sont prélevés chez des patients en état de mort cérébrale (La mort cérébrale, appelée également coma dépassé ou coma de type IV, est définie comme l'état de cessation complète et définitive de l'activité cérébrale, alors que la...). Dans plus de 80% des cas, celle-ci peut engendrer une inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) des poumons et les endommager partiellement, les rendant incompatibles avec une greffe. Pour réparer les cellules pulmonaires et diminuer cette inflammation, les auteurs de l'article ont mis au point (Graphie) une nouvelle stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :).

Dans un premier temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), les poumons prélevés sont conservés hors du corps dans un dôme () de protection à une température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid...) de 37°C. Le système développé par l'équipe canadienne fait passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) en continu à travers les organes une solution contenant des protéines, des nutriments et de l'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.), mimant les conditions physiologiques normales. Ensuite, les chercheurs injectent dans les poumons un virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire. Sous...) modifié non pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια ! « naissance de la douleur ») signifie : qui entraîne une maladie. Les germes pathogènes ou...) (un adénovirus responsable du rhume) contenant le gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou d'un acide...) de l'interleukine 10 (IL-10), cytokine connue pour son effet naturel anti-inflammatoire (Un anti-inflammatoire est un médicament destiné à combattre une inflammation.). Par cette technique le gène de l'IL-10 est transféré aux cellules des poumons endommagés qui expriment alors la protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques. En général, on...) IL-10 permettant une amélioration significative de leurs fonctions jusqu'à 30 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...) après l'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :). Les scientifiques ont montré que l'expression pulmonaire de l'IL-10 a lieu environ 6 heures (L'heure est une unité de mesure  :) après l'intégration du gène dans leur ADN.


Auteur de l'article: Pierre-Alain Rubbo
Page générée en 0.763 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique