Vaste dégradation du pergélisol dans le Haut-Arctique
Publié par Adrien le 23/05/2019 à 08:00
Source: Université McGill
Les hausses des températures estivales observées dans les déserts polaires du Haut-Arctique canadien entraînent des changements rapides dans le sol.

Une étude de l'Université McGill publiée récemment dans la revue Environmental Research Letters présente les résultats de quelque 30 années de cartographie (La cartographie désigne la réalisation et l'étude des cartes géographiques. Le principe majeur de la cartographie est la représentation de...) et de relevés aériens de vastes étendues des basses terres du détroit d'Eureka, bordant les îles d'Ellesmere et Axel Heiberg, à une latitude (La latitude est une valeur angulaire, expression du positionnement nord-sud d'un point sur Terre (ou sur une autre planète), au nord ou au sud de l'équateur.) d'environ 80° nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.). La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) porte sur une caractéristique terrestre particulière: le décrochement de fonte régressif, qui se forme lorsque la glace (La glace est de l'eau à l'état solide.) contenue dans le pergélisol fond, provoquant ainsi une dépression du sol en forme de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le plus courant dans la vie quotidienne,...) à cheval (Le cheval (Equus ferus caballus ou equus caballus) est un grand mammifère herbivore et ongulé appartenant à l'une des sept espèces de la famille des équidés. Il a...). Si ce phénomène est bien documenté dans le Bas-Arctique, on croyait que le sol du Haut-Arctique, lui, était stable, en raison du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie qui désigne l'étude...) extrêmement froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.) des déserts polaires (où la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux...) moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres...) annuelle du sol et de l'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est nécessaire de pressuriser les cabines des avions...) est de - 16,5 °C/2,3 °F et de - 19,7 °C /- 3,46 °F, respectivement) et de l'immense épaisseur du pergélisol, qui atteint plus de 500 mètres (environ 0,3 miles). Or, l'équipe de chercheurs de McGill a découvert que la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il...) est tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) autre.

"Notre étude révèle que le réchauffement climatique (Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la température moyenne des océans et de l'atmosphère,...) touchant le Haut-Arctique, principalement en raison des hausses des températures de l'air en été observées ces dernières années, a provoqué les changements qui s'opèrent à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle escamotable de grande hauteur. Le terme...) dans le paysage (Étymologiquement, le paysage est l'agencement des traits, des caractères, des formes d'un espace limité, d'un « pays ». Portion de l'espace...)", souligne Melissa Ward Jones, auteure principale de l'étude et doctorante au Département de géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et...) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) McGill.


Vaste dégradation du pergélisol dans le Haut-Arctique

Observations de l'équipe de recherche:

- On constate la formation étendue de décrochements de fonte régressifs dans les déserts polaires du Haut-Arctique sur une courte période, notamment durant les saisons estivales inhabituellement chaudes de 2011, 2012 et 2015.

- Le pergélisol des déserts polaires est particulièrement sensible aux hausses de températures estivales, étant donné l'absence de végétation (La végétation est l'ensemble des plantes (la flore) sauvages ou cultivées qui poussent sur une surface donnée de sol, ou dans un milieu aquatique. On parle aussi de "couverture végétale".) et de couches de matières organiques au sol.

- Bien qu'elle soit relativement courte, la période de dégel (à peine de 3 à 6 semaines par année) est à l'origine de la formation initiale des décrochements de fonte régressifs et de leur expansion ultérieure, au fur (Fur est une petite île danoise dans le Limfjord. Fur compte environ 900 hab. . L'île couvre une superficie de 22 km². Elle est située dans la...) et à mesure que leur paroi frontale régresse.

- Les résultats de l'étude indiquent que, quelques années après la formation d'un décrochement, divers facteurs liés au paysage (p. ex., la pente) deviennent plus importants que la température pour leur maintien.

"En dépit du climat polaire désertique qui caractérise une grande portion du Haut-Arctique, la recherche démontre clairement la nature complexe de ce sol riche en glace et de l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose...) entre le climat et le pergélisol", ajoute Wayne Pollard, professeur au Département de géographie de l'Université McGill et coauteur de l'étude. "En outre, la recherche soulève des préoccupations relatives aux conclusions simplistes de certaines études, qui généralisent au sujet du lien entre le réchauffement climatique et la dégradation du pergélisol."

L'article "Rapid initialization of retrogressive thaw slumps in the Canadian high Arctic and their response to climate and terrain factors", par Melissa K. Ward Jones, Wayne H. Pollard et Benjamin M. Jones, a été publié dans la revue Environmental Research Letters: https://iop.altmetric.com/details/60342117

Cette étude a été financée par l'Association universitaire canadienne d'études nordiques (AUCEN), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), le Fonds de recherche du Québec - Nature et technologies (FRQNT), les bourses de recherche David-Erb et Eben-Hobson et le Programme de formation scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) dans le Nord (PFSN).
Page générée en 0.314 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique