D'où viennent ces 10 000 sursauts radio rapides détectés par jour dans l'Univers ?

Publié par Adrien le 02/07/2024 à 08:00
Source: the Astrophysical Journal
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Dans l'immensité de l'Univers, des sursauts radio rapides (FRB) intriguent les scientifiques par leur énergie colossale et leur brièveté. Émettant en quelques millisecondes autant d'énergie que le Soleil en trois jours, ces phénomènes proviennent de galaxies éloignées. Pourtant, malgré leur occurrence — jusqu'à 10 000 par jour — leur origine reste mystérieuse.


Impression d'artiste d'un sursaut radio rapide atteignant la Terre.
Crédit: Jingchuan Yu, Planétarium de Pékin

Parmi ces FRB, une minorité réapparaît régulièrement, tandis que la majorité ne se manifeste qu'une seule fois. Cette divergence a poussé les scientifiques à explorer les mécanismes potentiels derrière ces sursauts. Les chercheurs de l'Université de Toronto ont utilisé le Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment (CHIME) pour étudier les propriétés de la lumière polarisée de 128 FRB non récurrents. Ils ont découvert que ces sursauts uniques semblent provenir de galaxies semblables à notre Voie lactée.

Ayush Pandhi, doctorant à l'Institut Dunlap pour l'astronomie et l'astrophysique, souligne que la lumière polarisée des FRB offre des indices sur leurs origines. Contrairement aux étoiles, les FRB émettent une lumière polarisée, orientée dans une direction spécifique. Cette polarisation pourrait révéler le mécanisme de leur émission et les environnements qu'ils traversent avant d'atteindre la Terre.

L'étude a comblé une lacune dans la recherche sur les FRB non récurrents, souvent plus difficiles à observer que leurs homologues récurrents. Les télescopes doivent couvrir de vastes étendues du ciel pour capter ces signaux éphémères, une tâche facilitée par CHIME.

Les découvertes révèlent que les FRB non récurrents traversent des environnements moins extrêmes que les récurrents, qui proviennent souvent de zones turbulentes, comme les vestiges de supernovas. Cette polarisation plus faible des FRB non récurrents pourrait indiquer des champs magnétiques moins intenses ou une matière moins dense autour d'eux.


Les sursauts radio rapides illuminent le ciel au-dessus de la Terre.
Crédit: NRAO Outreach/T. Jarrett (IPAC/Caltech); B. Saxton, NRAO/AUI/NSF

Pandhi mentionne que cette recherche pourrait écarter certaines théories sur les objets à l'origine des FRB, comme les étoiles à neutrons hautement magnétisées, connues sous le nom de pulsars. La différence notable entre la polarisation des FRB et celle des pulsars suggère des mécanismes distincts.

L'équipe de Pandhi continue d'affiner la compréhension de ces sursauts mystérieux, cherchant à distinguer la polarisation des FRB provenant de la Voie lactée de ceux issus d'autres galaxies. Ces efforts visent à élucider les mécanismes à l'origine des FRB, une énigme qui fascine et motive les chercheurs à percer les secrets de ces explosions cosmiques.
Page générée en 0.164 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise