Vieux rêve de l'humanité: un ornithoptère prend son envol !
Publié par Michel le 01/08/2006 à 00:00
Source et illustration: Université de Toronto
Le Professeur Emeritus James DeLaurier a réalisé début juillet 2006 une chose qui a toujours fasciné l'humanité: faire voler un ornithoptère avec pilote, c'est-à-dire un avion dont les ailes battent mécaniquement comme celles d'un oiseau ; un des rêves de Léonard de Vinci, entre autres.


Le vol de l'ornithoptère

Le concept de l'ornithoptère diffère de celui de l'avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un organe moteur (dans le cas d'un engin sans moteur,...) normal à ailes fixes parce qu'en volant, ses ailes battent à la manière de celles des oiseaux en vol. Avec l'aide de son équipe actuelle de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) de quatre élèves, le pilote d'essai Jack Sanderson et quelques autres volontaires, DeLaurier a réalisé son rêve le 8 juillet 2006 à Downsview Park à Toronto. Équipé d'un moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il...) 24 chevaux et d'un booster (Le nom de booster (ou propulseur d'appoint) est donné au moteur-fusée qui est attaché aux navettes spatiales américaines.[1] Par généralisation, le terme peut s'employer pour tous...) turbo, l'ornithoptère a volé pendant 14 secondes à une vitesse (On distingue :) moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques...) de 88 km/h, sur un peu plus de 300 mètres.

"C'était un vol assisté; personne ne peut le nier", convient DeLaurier. "L'engin a reçu l'aide du booster mais la plus grande partie de la poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de l'avancement.) a été assurée par le battement (En acoustique, le battement est une interférence entre deux sons de fréquences légèrement différentes, laissant percevoir des pulsations. En acoustique musicale, il...) des ailes".

Le vol s'est achevé en raison d'un défaut d'effort dans une section de l'aile gauche. Le nez (Le nez (du latin nasus) est chez l'homme la saillie médiane du visage située au-dessus de la lèvre supérieure et qui, en le surplombant,...) et la roue (La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par son centre.) avant de l'ornithoptère ont été endommagés pendant l'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme. Le terme recouvre cependant des notions différentes suivant qu'il est employé dans le domaine maritime ou aéronautique.). DeLaurier espère maintenant obtenir le financement pour réparer l'ornithoptère et pour continuer son projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) de recherche sur lequel il travaille depuis 1986. En attendant, l'appareil est visible au musée aérospatial de Toronto à Downsview Park.

Page générée en 0.235 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique