54000 virus différents, la plupart inconnus, retrouvés dans nos excréments

Publié par Adrien le 08/07/2021 à 09:00
Source: ASP
C'est le genre de nouvelle qui, mal expliquée, pourrait faire paniquer: des scientifiques ont découvert, dans les excréments de près de 12 000 personnes, plus de 54 000 espèces différentes de virus, dont 92% étaient inconnues.


Ces personnes n'étaient pourtant pas plus malades que la moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...) et la grande majorité de ces virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) sont sans danger pour l'humain. Il se trouve simplement qu'on n'avait jamais fait de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) à cette échelle sur tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) ce qui vit dans nos intestins -et dont une partie se retrouve dans nos excréments: les 12 000 personnes en question proviennent de 24 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) et le travail, publié le 24 juin dans la revue Nature Microbiology, consistait à faire une analyse dite "métagénomique", c'est-à-dire regarder les gènes dans leur ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...), mais sans les détailler personne par personne.

Les 54 118 espèces de virus dont il est question ici, représentées par environ 190 000 génomes de virus, sont en bonne partie des bactériophages, c'est-à-dire des virus qui se nourrissent de bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées...). C'est la raison pour laquelle ces virus ne sont pas dangereux pour l'humain: ils ne peuvent pas attaquer nos cellules, leur préférant les bactéries. Ils font partie de l'écosystème normal du corps humain (Le corps humain est la structure physique d'une personne.) -appelé aussi microbiote (Le microbiote est une nouvelle dénomination de la microflore.).

Pour les experts du microbiote, cette découverte est d'ailleurs importante pour une autre raison: les bases de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) de "nos" microorganismes recensaient auparavant peu de bactériophages. Il reste à ce sujet beaucoup de terrain à défricher: on estime que plus de 70% des nos microbes découverts jusqu'ici n'ont pas pu être cultivés en laboratoire.

Mais pour les experts en maladies infectieuses, l'attention soudain portée sur les bactériophages a une autre signification: il existe un vieux concept en biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant....), appelé la thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une...) des phages, ou phagothérapie (La phagothérapie est l'utilisation de bactériophages (ou phages) lytiques afin de traiter...), qui réfère à la possibilité d'utiliser des virus pour "attaquer" des infections bactériennes. La théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) circulait il y a une centaine d'années et elle a été mise de côté devant le succès des antibiotiques au milieu du 20e siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...). Or, avec l'évolution vers des bactéries de plus en plus résistantes aux antibiotiques, est réapparu récemment l'intérêt de mener davantage de recherches sur les bactériophages. Autrement dit, peut-être nos intestins abritent-ils les secrets de futures armes contre de futures maladies...
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.058 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique