Bloquer un gène pour diminuer le gras
Publié par Isabelle le 01/08/2015 à 00:00
Source: Université de Montréal

Une importante étude clinique ciblant les maladies reliées à l'excès de gras dans le sang est publiée par des chercheurs de l'UdeM. Photo: Thinkstock.
En bloquant l'expression d'un gène chez des patients, une équipe de chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires...) a contribué à démontrer que la concentration de triglycérides dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des...) diminue de manière importante et ce, dans différentes formes d'hypertriglycéridémies sévères, peu importe les valeurs de base et le traitement habituellement reçu par le patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.). Le gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou d'un acide ribonucléique (ARN) fonctionnel. On peut...) en question contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) la protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons...) apoC-III.

"Notre étude suggère qu'une protéine, l'apoC-III, joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et...) un rôle clé dans la gestion des triglycérides. Les triglycérides, comme le cholestérol (Le cholestérol est un lipide de la famille des stérols qui joue un rôle central dans de nombreux processus biochimiques. Le cholestérol tire son nom du grec ancien chole-...), font partie de la classe des lipides. Les triglycérides proviennent des graisses apportées par notre alimentation ou produites par notre organisme. Selon la cause, l'accumulation de triglycérides dans le sang est associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires, de pancréatite ou d'autres complications, explique Dr Daniel Gaudet, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les...) principal de l'étude. Nos conclusions sont en effet fort prometteuses pour prévenir le risque associé à l'accumulation de gras dans le sang." La recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) a été publiée aujourd'hui dans le New England Journal of Medecine.

Bien qu'il existe des formes génétiques rares d'accumulation de triglycérides pour lesquelles peu de traitements efficaces existent, l'hypertriglycéridémie est le plus souvent associée à des problèmes de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) fréquents, comme l'obésité (L'obésité est l'état d'une personne, ou d'un animal, souffrant d'une hypertrophie de la masse adipeuse, qui se traduit par un excès de poids, réparti de façon généralisée...) ou le diabète (Le diabète présente plusieurs formes, qui ont toutes en commun des urines abondantes (polyurie). Le mot « diabète » vient du grec...). En décembre dernier, la même équipe a démontré que bloquer l'expression du gène codant pour l'apoC-III permet d'abaisser de manière importante la triglycéridémie de personnes atteintes d'une forme rare et extrême d'hypertriglycéridémie, ouvrant la porte à l'identification de mécanismes insoupçonnés de gestion de gras dans le sang.

Les deux études ont été publiées dans le  New England Journal of Medicine et sont le fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine. Caractéristique des Angiospermes, il succède à la fleur par transformation du...) d'une étroite collaboration entre des chercheurs du Centre de recherche clinique et translationnelle (CRCT) ECOGENE-21- rattachés au Centre de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain...) génique communautaire (CMGC) et au Département de médecine de l'Université de Montréal au Saguenay - et ISIS Pharmaceuticals, une entreprise basée à Carlsbad en Californie et spécialisée dans le développement de médicaments interférant spécifiquement avec l'expression de gènes ciblés.

Les résultats mettent en évidence l'importante contribution de l'apoC-III aux mécanismes complexes par lesquels notre corps gère les gras dans le sang.  "Le décodage de ces mécanismes ouvre la porte à des interventions précises et individualisées pour prévenir le risque résiduel associé à différentes causes d'hypertriglycéridémie sévère, souligne Dr Gaudet.  Les résultats de ces études permettent de plus d'accélérer les recherches visant à mieux comprendre et agir sur la trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) de risque associée à différentes formes d'hypertriglycéridémie sévères."
Page générée en 1.832 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique