Ceci vous fait vieillir 20% plus rapidement: pourquoi ?

Publié par Adrien le 03/07/2024 à 08:00
Source: Nature Aging
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

L'excès de nutriments dans les cellules pourrait bien être un des facteurs clés du vieillissement prématuré. Une nouvelle étude de chercheurs du Centre National de Recherches Oncologiques (CNIO) révèle que cette surabondance provoque des inflammations et des dysfonctionnements organiques, accélérant ainsi le processus de vieillissement. Une découverte qui ouvre la voie à de potentielles interventions thérapeutiques.


Les protéines mTOR, régulatrices du métabolisme cellulaire, jouent un rôle crucial. Une augmentation légère de leur activité pourrait réduire la longévité de 20 % chez les animaux, selon une étude publiée dans Nature Aging. Cela explique pourquoi les maladies liées à l'âge sont exacerbées chez les personnes obèses et pourquoi la restriction calorique peut prolonger la vie en activant certains gènes.

Un outil innovant pour étudier la relation entre l'augmentation des nutriments et le vieillissement des organes a été introduit. Alejo Efeyan, auteur principal, souligne l'importance de cet outil pour mieux comprendre ces mécanismes complexes.

Les chercheurs ont manipulé l'activité mTOR chez des animaux pour simuler une surconsommation alimentaire. Bien que leur alimentation n'ait pas changé, les animaux ont montré des signes de vieillissement prématuré, avec une peau plus fine et des organes endommagés. Les cellules immunitaires, tentant de réparer les dégâts, déclenchent une inflammation qui aggrave les problèmes, réduisant leur espérance de vie.

L'inhibition de cette réponse immunitaire inflammatoire pourrait améliorer la santé des organes et prolonger la vie de plusieurs années chez l'humain. Ana Ortega-Molina mentionne que cibler l'inflammation chronique pourrait être une mesure thérapeutique potentielle pour contrôler la détérioration de la santé.

L'étude a révélé que l'activité des lysosomes, qui sont essentiels pour le recyclage des déchets cellulaires, diminue à la fois chez les animaux génétiquement modifiés et chez ceux vieillissant naturellement.

Les résultats obtenus chez les animaux ont été également observés chez les humains. Pour vérifier cette corrélation, des chercheurs de l'Université de Valence ont réalisé des analyses de sang sur des personnes jeunes et des septuagénaires. En comparant ces deux groupes, ils ont constaté une diminution de l'activité des lysosomes avec l'âge, confirmant ainsi que ce mécanisme est similaire chez les animaux et les humains. Cela renforce l'idée que l'augmentation des nutriments et le vieillissement affectent de la même manière le fonctionnement cellulaire chez différentes espèces.

Cet outil de recherche offre des perspectives pour explorer le lien entre l'augmentation des nutriments et des maladies neurodégénératives, par exemple. Il pourra être utilisé par d'autres chercheurs pour approfondir la compréhension du vieillissement.
Page générée en 0.146 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise