Ces sphères extraterrestres produites par... du charbon ?

Publié par Adrien le 23/11/2023 à 06:00
Source: arXiv
...
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

L'été dernier, l'astrophysicien de Harvard Avi Loeb avait avancé que des sphères métalliques microscopiques, extraites du fond de l'océan, pourraient être des restes d'un météorite interstellaire, voire contenir des indices de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) extraterrestre. Cependant, des analyses indépendantes suggèrent une origine beaucoup moins lointaine: elles seraient plutôt un sous-produit de la combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la...) du charbon sur Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...).


Gros plan sur l'une des sphères métalliques "anormales" extraites de l'Océan Pacifique en juin 2023. Des objets comme celui-ci sont abondants et presque impossibles à tracer.
Crédit: Avi Loeb/ Medium

Loeb et son équipe ont trouvé ces sphérules de taille micrométrique lors d'une expédition au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, en cherchant des fragments d'un météore apparu en 2014. Selon eux, la vitesse (On distingue :) enregistrée du météore indiquait une origine interstellaire, et pouvant laisser des débris dans son sillage. Ces sphères, différentes en composition de la plupart des météorites, étaient supposées être de ces débris.

Dans plusieurs billets de blog et un article non évalué par des pairs sur la base de données préliminaires arXiv, Loeb a décrit les propriétés "anormales" des billes métalliques, se concentrant en particulier sur cinq sphères contenant un pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une...) élevé de béryllium (Le béryllium est un élément chimique de symbole Be et de numéro atomique 4....), de lanthane (Le lanthane est un élément chimique, de symbole La et de numéro atomique 57.) et d'uranium (L'uranium est un élément chimique de symbole U et de numéro atomique 92. C'est un...), nommées "sphérules BeLaU". Lui et d'autres ont depuis spéculé que ces sphères étranges pourraient être la preuve d'une technologie extraterrestre.

Néanmoins, de nombreux scientifiques non liés à cette recherche ont remis en question ces affirmations. Plusieurs études récemment publiées soulignent les origines terrestres probables des sphérules. D'abord, il existe un débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance,...) sur le caractère interstellaire du météore en question. Ensuite, il est extrêmement difficile de trouver des fragments spécifiques de ce météore en fouillant l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau...). De plus, les petites billes métalliques sont omniprésentes sur le fond marin, certaines étant des micrométéorites, d'autres des produits de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) volcanique ou industrielle.

Enfin, la composition des sphères est en question. Si on part de l'hypothèse qu'elles sont d'origine spatiale, leur composition semble inhabituelle. Cependant, comme le souligne un article récent publié dans Research Notes of the AAS, elles correspondent au profil des contaminants de cendres de charbon. L'auteur de l'étude, Patricio Gallardo de l'Université de Chicago (L'université de Chicago (en anglais, The University of Chicago) est une université...), écrit que cela rend l'origine météoritique peu probable.

Loeb a répondu à ces critiques dans un billet de blog du 15 novembre sur Medium, arguant que les nouvelles études ne peuvent pas évaluer adéquatement la composition des sphères sans les étudier directement. Il a cité Jim Lem de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Technologie de Papouasie-Nouvelle-Guinée, soulignant que la région explorée ne devrait pas contenir de charbon. De plus, le charbon n'est pas magnétique et ne peut être récupéré par le traîneau (Le traîneau désigne un véhicule sans roues, utilisant une force motrice...) magnétique utilisé.

Loeb a ajouté que 93% des échantillons collectés n'ont pas encore été analysés, incitant les critiques à ne pas tirer de conclusions hâtives sur leur origine jusqu'à ce que toutes les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) soient examinées. Il juge que tirer des affirmations définitives sur la nature des sphérules avant leur analyse approfondie dans une étude évaluée par des pairs serait "non professionnel".
Page générée en 0.187 seconde(s) - site hébergé chez Contabo | English version
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique