Des chants d'oiseaux pour étudier le langage humain

Publié par Adrien le 26/10/2020 à 09:00
Source: Université Laval
Depuis 2012, de joyeux gazouillis d'oiseaux se font entendre à l'occasion dans le laboratoire de Pascale Tremblay. Pourtant, les recherches qu'on y mène sont bien loin de l'ornithologie. La professeure de la Faculté de médecine et son équipe du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également...) CERVO ont recours à ces chants pour élucider certains mécanismes du langage humain. Étonnamment, les résultats qu'ils obtiennent pourraient conduire à de meilleures interventions pour contrer le déclin de la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) verbale de travail qui accompagne le vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information...).

"Les chants d'oiseaux sont des stimuli auditifs dont la complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en...) s'apparente à celle du langage, souligne la professeure Tremblay, qui dirige le Laboratoire des neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux que pathologiques, des neurones et du système nerveux.) de la parole (La parole, c'est du langage incarné. Autrement dit c'est l'acte d'un sujet. Si le langage renvoie à la notion de code, la parole renvoie à celle de corps. La parole est singulière...) et de l'audition (L'audition est le fruit d'un mécanisme complexe assuré principalement par les deux oreilles (pour permettre la perception binaurale stéréophonie)et les voies centrales avec notamment un...). Il suffit d'examiner des sonogrammes pour constater leurs nombreuses similitudes." Pour cette raison, la chercheuse en a fait un outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des actions entreprises, par une plus grande...) de travail pour certains de ses travaux. "C'est un peu comme une langue étrangère (Une langue étrangère est une langue qui n'est pas la langue maternelle d'une personne, si bien qu'elle doit en faire l'apprentissage pour pouvoir la...), mais nous sommes certains qu'aucun de nos sujets ne la comprend."


Formes d'ondes et sonogrammes d'échantillons de voix humaine, partie du haut, et de chants d'oiseaux. Les tracés de ces stimuli sonores complexes présentent de nombreuses similitudes. Laboratoire des neurosciences de la parole et de l'audition

Cette complexité a permis à son équipe de tester l'hypothèse voulant que le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de...) traite différemment la parole et les autres informations auditives. "Les études réalisées antérieurement sur la question ont comparé la parole avec des sons purs ou des sons très simples. Les chants d'oiseaux nous fournissent une meilleure base de comparaison. Ce sont des stimuli auditifs complexes qui n'ont pas de signification sémantique ou lexicale", précise la chercheuse.

Lors d'une expérience menée dans son laboratoire, 18 sujets devaient écouter des paires de chants d'oiseaux séparés par une pause de 750 millisecondes. Ils devaient ensuite indiquer si ces chants étaient identiques ou non. Le même exercice a été répété avec des paires de syllabes de français québécois.

Lors d'une écoute (Sur un voilier, une écoute est un cordage servant à régler l'angle de la voile par rapport à l'axe longitudinal du voilier et en conséquence l'angle d'incidence du...) sur deux, les chercheurs appliquaient, pendant la pause, une stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un potentiel d'action, qui est transmis par les nerfs vers les...) magnétique transcrânienne de façon à interférer avec le travail des neurones situés dans une région du cerveau impliquée dans la mémoire verbale de travail. "Il s'agit d'un type de mémoire à très court terme, celle qu'on utilise, par exemple, pour retenir une adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités. Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, chaque adresse doit...) pendant qu'on nous donne les directions pour s'y rendre. Avec l'âge, cette mémoire diminue beaucoup", précise la professeure Tremblay.

Les résultats de l'expérience montrent que la stimulation magnétique transcrânienne influence les performances des participants tant pour les chants d'oiseaux que pour les syllabes de français québécois. "Nos données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) suggèrent que la mémoire verbale de travail traite les sons complexes de façon similaire, qu'il s'agisse de voix humaine ou de chant d'oiseaux. Ces résultats appuient l'idée qu'il existe un centre de stockage à court terme des stimuli auditifs dans une région du cerveau", résume la chercheuse.

Les conclusions de cette étude permettent déjà d'améliorer les modèles neurobiologiques du langage. "À moyen terme, une meilleure compréhension des rouages du langage aidera à orienter les interventions cliniques - qu'il s'agisse de séances de stimulation magnétique transcrânienne ou d'exercices de mémoire - qui sont utilisées pour ralentir le déclin de la mémoire verbale de travail."

L'étude publiée dans Experimental Brain Research est signée par Isabelle Deschamps, Melody Courson et Pascale Tremblay, de l'Université Laval (L’Université Laval est l'une des plus grandes universités au Canada. Elle a comme origine le Séminaire de Québec, fondé en 1663 et constitue ainsi le plus ancien...), et par Anthony Steven Dick, de la Florida International University.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 1.313 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique