Les émissions de CO2 d'origine volcanique en cause dans les changements climatiques du Trias

Publié par Isabelle le 22/04/2020 à 13:00
Source: Université McGill
Selon une étude récente, l'activité volcanique est directement responsable des changements climatiques extrêmes de la fin du Trias, qui ont anéanti près de la moitié des espèces peuplant la Terre il y a 201 millions d'années. La quantité de dioxyde de carbone (Le dioxyde de carbone, communément appelé gaz carbonique ou anhydride carbonique, est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène et...) (CO2) relâchée dans l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :) lors de ces éruptions est comparable à la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur...) de CO2 que devrait produire l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) humaine pendant l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut...) du xxie siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée...).


Le cratère fumant du Bromo (second plan) et le Semeru en éruption (dernier plan) à Java en Indonésie (L'Indonésie, officiellement la République d'Indonésie (en indonésien Republik Indonesia), est un pays transcontinental d'Asie du Sud-Est et d'Océanie. Avec plus de 17 500 îles, il...), en juillet 2004.
Illustration Wikimedia Commons/Jan-Pieter Nap

L'extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) de la fin du Trias a longtemps été imputée à de profonds changements climatiques et à l'élévation du niveau de la mer (Le niveau de la mer est la hauteur moyenne de la surface de la mer, par rapport à un niveau de référence adéquat.). La Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre...) était alors le théâtre d'une activité volcanique à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une échelle escamotable de grande hauteur. Le...) dans ce qu'on appelle la "province magmatique centre atlantique", mais la responsabilité directe de ces éruptions dans l'extinction ne fait pas l'unanimité. Or, lors d'une étude publiée dans Nature Communications, une équipe internationale de chercheurs - dont Don Baker, professeur au Département des sciences de la Terre et des planètes à l'Université McGill (L’Université McGill, située à Montréal au Québec, est une des universités les plus anciennes au Canada.) - a trouvé des traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission européenne dans le...) de bulles de CO2 emprisonnées dans des roches volcaniques datant de la fin du Trias. Voilà qui vient étayer la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative,...) voulant que l'activité volcanique ait contribué aux changements climatiques dévastateurs possiblement à l'origine de cette extinction massive (Le mot massif peut être employé comme :).

Les changements environnementaux provoqués par les émissions de CO2 d'origine volcanique à la fin de l'âge triasique pourraient être semblables à ce qui nous attend dans un proche avenir, avancent les chercheurs. En analysant les minuscules bulles de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme...) formées par exsolution dans la roche (La roche, du latin populaire rocca, désigne tout matériau constitutif de l'écorce terrestre. Tout matériau entrant dans la composition du sous-sol est formé par un...), l'équipe estime que la quantité de CO2 libérée lors d'une seule éruption - soit à peu près 100 000 km3 de lave (La lave est une roche en fusion, plus ou moins fluide, émise par un volcan lors d’une éruption. La lave est issue d'un magma,...) crachée sur une période de 500 ans - équivaut probablement à la quantité totale de CO2 que produira l'activité humaine au xxie siècle, dans l'hypothèse d'une hausse de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est...) terrestre de 2 °C par rapport au niveau antérieur à l'ère industrielle.

"Bien que nous ne puissions pas quantifier avec précision le dioxyde de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) libéré dans l'atmosphère lors de ces éruptions volcaniques, la corrélation entre cette injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) naturelle de dioxyde de carbone et l'extinction de la fin du Trias devrait nous servir d'avertissement. La simple possibilité, si minime soit-elle, que le dioxyde de carbone actuellement rejeté dans l'atmosphère puisse provoquer une grande extinction est pour moi un motif de préoccupation", conclut le Pr Baker.

L'étude

L'étude "Deep CO2 in the end-Triassic Central Atlantic Magmatic Province", par Manfredo Capriolo, Andrea Marzoli, László E. Aradi, Sara Callegaro, Jacopo Dal Corso, Robert J. Newton, Benjamin J. W. Mills, Paul B. Wignall, Omar Bartoli, Don R. Baker, Nasrrddine Youbi, Laurent Remusat, Richard Spiess et Csaba Szabó, a été publiée dans la revue Nature Communications.

DOI: https://doi.org/10.1038/s41467-020-15325-6

L'Université McGill

Fondée en 1821, l'Université McGill accueille des étudiants, des professeurs et des employés d'exception de partout au Canada et du monde (Le mot monde peut désigner :) entier. Année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) après année, elle se classe parmi les meilleures universités du Canada et du monde. Établissement d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de communication verbale et écrite....) supérieur de renommée mondiale, l'Université McGill exerce ses activités de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le cadre...) dans deux campus (Un campus (du mot latin désignant un champ) désigne l'espace rassemblant les bâtiments et l'infrastructure d'une université ou d'une école située...), 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d'études et au-delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs.

Son adhésion (En physique, l'adhésion est l'ensemble des phénomènes physico-chimiques qui se produisent lorsque l’on met en contact intime deux...) au développement durable (Le développement durable (traduction de Sustainable development) est une nouvelle conception de l'intérêt public, appliquée à la croissance économique et reconsidérée à l'échelle mondiale afin...) ne date pas d'hier: il remonte à des dizaines d'années et se déploie à l'échelle tant locale que planétaire (Un planétaire désigne un ensemble mécanique mobile, figurant le système solaire (le Soleil et ses planètes) en tout ou partie. Généralement les astres représentés sont animés soit...). Comme en témoignent les énoncés de durabilité qu'elle a signés, l'Université souhaite contribuer à façonner un avenir où l'être humain pourra s'épanouir dans le respect de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en équilibre hydrostatique,...).
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.831 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique