La grande traversée... de la route

Publié par Adrien le 13/03/2019 à 08:00
Source: Jean Hamann - Université Laval

Photo: Sandy Brown Jensen
Le porc-épic d'Amérique est l'espèce la plus fréquemment représentée parmi les animaux qui finissent leurs jours sous les roues de véhicules circulant sur la route 175 dans la réserve faunique des Laurentides.
Certains dispositifs servant à protéger la faune contre les périls de la route ont de malencontreux effets

Certains dispositifs installés aux abords des routes pour empêcher les mammifères de finir leurs jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons...) sous les roues (La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par son centre.) d'un véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un point à un autre.) ont parfois des répercussions fâcheuses. Ainsi, le risque de mortalité des mammifères serait plus élevé dans les sections situées aux extrémités de ces dispositifs que dans les sections non clôturées de la route 175, révèle une étude qui vient de paraître dans le Journal of Environmental Management.

Judith Plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou règne) des Eucaryotes. Elles sont, avec les autres...) et Jochen A. G. Jaeger, de l'Université Concordia (L’Université Concordia (dérivé de la devise de Montréal, Concordia salus ; la prospérité par la concorde) est une université publique...), et André Desrochers, du Département des sciences du bois et de la forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces associées. Un boisement de faible...) de l'Université Laval (L’Université Laval est l'une des plus grandes universités au Canada. Elle a comme origine le Séminaire de Québec, fondé en 1663 et constitue ainsi...) et du Centre d'étude de la forêt, arrivent à ce constat après avoir analysé le risque de mortalité des mammifères de petite taille et de taille intermédiaire dans les zones clôturées ou non clôturées de la route qui traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et...) la réserve faunique des Laurentides.

Entre 2012 et 2015, les chercheurs ont réalisé 306 inventaires sur un tronçon de 69 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) de cette route empruntée par plus de 7 500 véhicules quotidiennement pendant la saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe ci-dessous), la saison...) estivale. Leurs travaux ont permis d'inventorier et de géolocaliser les carcasses de 893 mammifères, dont 787 étaient en assez bon état pour qu'ils puissent identifier de quelle espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou...) il s'agissait.

Le porc-épic d'Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique par...) est de loin l'espèce dont la prévalence est la plus élevée parmi les victimes de la route 175. Le renard roux (Le Renard roux (nom scientifique Vulpes vulpes, mot latin vulpinus), ou renard commun, est l'espèce de renard la plus répandue en Eurasie, en Amérique du Nord, en...), la marmotte (La marmotte est un mammifère fouisseur de l'ordre des rongeurs, du genre Marmota.) commune, la moufette rayée, le lièvre d'Amérique et le raton laveur (Le raton laveur, ou plus exactement le raton laveur commun (Procyon lotor, Linnaeus 1758), est une espèce de mammifère omnivore originaire...) figurent également parmi les autres espèces les plus touchées.

Les chercheurs ont calculé le risque de mortalité par tronçons de 100 mètres dans la zone d'étude, incluant les 18 sections où un dispositif clôturé avait été installé. Chacun de ces dispositifs est constitué d'une clôture (Une clôture désigne tout obstacle naturel ou fait de la main de l'homme (barrière) et suivant tout ou partie du pourtour d'un terrain afin de matérialiser ses limites ou d'empêcher des personnes ou des animaux d'y entrer ou d'en...) de 100 m de longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en...) et 90 cm de hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) qui rabat les animaux vers un passage central - comme un entonnoir - conduisant à un tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de fer, canal, route, chemin piétonnier). Sont apparentés aux tunnels par leur mode de construction les...) permettant à la faune de traverser de façon sécuritaire.

Leurs analyses montrent que la mortalité est 43% plus élevée dans les 200 premiers mètres situés aux extrémités des dispositifs clôturés que dans les zones où il n'y a pas de dispositif pour protéger la faune. "Cette hausse de mortalité serait due au fait qu'une partie des animaux longent les clôtures vers les extrémités plutôt que de se diriger vers le passage central. Pour réduire la mortalité, il faudrait allonger ces clôtures", propose André Desrochers.

La longueur optimale de ces clôtures reste toutefois à déterminer. "Il faudrait mesurer le taux d'utilisation des passages en fonction de différentes longueurs de clôture tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en tenant compte des coûts d'installation et d'entretien, explique-t-il. Ce ne serait pas forcément la meilleure utilisation des fonds publics en conservation, vu l'existence de problèmes plus urgents, du moins, aux yeux de la population."

Mais pourquoi au juste tous ces animaux se risquent-ils à traverser une autoroute (Une autoroute est une route réservée à la circulation des véhicules motorisés rapides (automobiles, motos, poids lourds) et dont le tracé permet de circuler avec...) pour se retrouver dans un milieu qui, à l'oeil humain du moins, est en tout point (Graphie) pareil à celui qu'ils viennent de quitter ? "Il se peut que le territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est...) de certains animaux soit malencontreusement sectionné par la route, mais il est plus probable que ces traversées soient le résultat de la dispersion (La dispersion, en mécanique ondulatoire, est le phénomène affectant une onde dans un milieu dispersif, c'est-à-dire dans lequel les différentes...) des juvéniles ou de la dispersion reproductrice, répond le professeur Desrochers. À moins d'installer une barrière infranchissable en bordure de la route, il est impossible de réduire à néant la traversée des animaux."
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 1.576 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique