Il y a un an, le premier génome d'un nouveau coronavirus

Publié par Adrien le 12/01/2021 à 09:00
Source: ASP
Il y a un an, le 11 janvier 2020, était publié le tout premier décodage du génome d'un virus qui commençait à susciter beaucoup d'inquiétudes -un décodage qui confirmait qu'on avait des raisons de s'inquiéter.


Déjà, le 5 janvier, les premières données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) avaient révélé que la "pneumonie (Une pneumopathie est une pathologie du tissu pulmonaire. Étymologiquement, il s'agit d'une...) virale" qui sévissait à Wuhan était causée par un coronavirus. Comme le rappelaient en fin de semaine Yong-Zhen Zhang, du Centre chinois de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) des maladies, et Eddie Holmes, de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Sydney, Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de...), tous deux avaient d'abord pensé que le SRAS -le syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible...) respiratoire aigu sévère- qui avait fait 800 morts en 2002 et 2003, était de retour.

Mais les différences au sein du génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une...) de cet intrus tendaient plutôt à conclure qu'il s'agissait d'un nouveau coronavirus -soit une épidémie contre laquelle on n'avait aucune parade. Des chercheurs chinois ont publié un avertissement à ce sujet cette semaine-là -quoique en prévenant, face à des autorités chinoises qui ne favorisaient pas la transparence (Un matériau ou un objet est qualifié de transparent lorsqu'il se laisse traverser par la...), qu'on n'était pas encore sûr du degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines...) de dangerosité du virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...). Quelques jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) plus tard, le 11 janvier, Zhang et Holmes mettaient en ligne la séquence complète des gènes d'un échantillon (De manière générale, un échantillon est une petite quantité d'une matière, d'information, ou...) de ce qui allait s'appeler le SRAS-CoV-2, en accès libre pour les chercheurs du monde (Le mot monde peut désigner :) entier.


Aujourd'hui, près de 4000 génomes de ce virus à travers le monde ont été publiés, ce qui permet de suivre à la trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le...) ses mutations d'une région à l'autre. Cette première publication, le 11 janvier, est souvent saluée par les experts comme le point (Graphie) de départ d'une frénésie de recherches et de publications pour comprendre les mécanismes par lesquels ce virus s'infiltre dans nos cellules -et les mécanismes d'un éventuel traitement.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.179 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique