Implants dentaires et vapotage font mauvais ménage
Publié par Adrien le 14/10/2018 à 08:00
Source: Jean Hamann - Université Laval

La fumée de cigarette électronique semble nuire au contact entre les cellules responsables de la formation de tissu osseux et les implants. De plus, elle entraverait la formation de ciment par ces cellules. Ces résultats suggèrent que les implants pourraient mal s'intégrer à l'os immédiatement après l'intervention et que leur ancrage pourrait être compromis à plus long terme.
Photo: Lindsay Fox
La fumée de cigarette électronique (La cigarette électronique ou l'e-cigarette sont les noms génériques désignant des générateurs d'aérosol dont la forme rappelle celle de...) nuirait aux cellules qui assurent l'intégration osseuse des implants dentaires

La fumée de vapotage a des effets néfastes sur des cellules essentielles à la formation de tissu osseux autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres Erythrotriorchis,...) des implants dentaires. C'est ce que démontre une étude publiée dans le Journal of Oral Implantology par une équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également...) de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie),...) dentaire et du Groupe de recherche en écologie buccale (GREB) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au...) Laval. Les chercheurs estiment que la fumée de vapotage pourrait donc, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) comme la fumée de cigarette, contribuer à l'échec de la pose d'implants dentaires.

L'ancrage des implants et leur intégration aux mâchoires dépendent de cellules appelées ostéoblastes, rappelle le responsable de l'étude, Mahmoud Rouabhia. Ces cellules travaillent en groupe pour assurer la synthèse de la matrice osseuse et sa minéralisation. "Les ostéoblastes jouent un rôle clé dans l'ostéointégration du pivot de titane (Le titane est un élément chimique métallique de symbole Ti et de numéro atomique 22.) d'un implant dentaire", résume le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont...).

On savait déjà que la fumée de cigarette affectait le taux de réussite des implantations dentaires. Afin de déterminer si la fumée de cigarette électronique pouvait, elle aussi, contribuer à ces échecs, les chercheurs ont cultivé des ostéoblastes in vitro sur de minuscules disques de titane. Après 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :), ces cultures ont été placées dans de petites chambres où les chercheurs les ont exposées une fois par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel....), pendant quelques minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...), soit à la fumée de cigarette électronique, avec ou sans nicotine (La nicotine (de Jean Nicot) est un alcaloïde présent dans les feuilles de tabac (jusqu'à 5 % du poids des feuilles) et à moindre concentration dans les plantes de la famille des solanacées. La nicotine a...), ou à la fumée de cigarette.

Les résultats montrent qu'une seule exposition de 30 minutes à l'une des trois fumées réduit de près de moitié l'abondance des ostéoblastes qui adhèrent aux disques de titane. Après trois expositions de 30 minutes réparties sur trois jours, les ostéoblastes sont environ quatre fois moins abondants dans les cultures exposées aux trois fumées que dans les cultures témoins. L'effet est moins prononcé pour la fumée de vapotage sans nicotine, mais les ostéoblastes sont tout de même deux fois moins abondants que dans les cultures témoins.

"La fumée de la cigarette électronique semble nuire au contact entre les ostéoblastes et le titane. De plus, nos résultats montrent que cette fumée réduit la production de ciment (Le ciment (du latin caementum, signifiant moellon, pierre de construction) est une matière pulvérulente, formant avec l’eau ou avec une solution...) par ces cellules. Cela suggère que les implants pourraient mal s'intégrer à l'os immédiatement après l'intervention et que leur ancrage pourrait être compromis à plus long terme", avance le professeur Rouabhia.

Cette étude ne constitue pas une démonstration directe (Dans une démonstration directe, pour montrer que , on commence par supposer que P est vraie, et on en déduit qu'alors Q doit nécessairement être vraie.) d'un lien entre le vapotage et l'échec de la pose d'implants dentaires, reconnaît le chercheur. "Toutefois, par mesure de précaution, les dentistes et leurs patients qui vapotent doivent considérer que la fumée de vapotage est, tout comme la fumée de cigarette, un facteur de risque (En gestion des risques, un facteur de risque est une source de risque qui est classée en risques inhérents génériques probables dans le but de faciliter...) d'échec dans l'intégration et la rétention des implants dentaires."

Les autres auteurs de l'étude sont Humidah Alanazi, Hyun Jin Park et Reginaldo Bruno Gonçalves, de la Faculté de médecine dentaire et du GREB.

La fumée de cigarette électronique semble nuire au contact entre les cellules responsables de la formation de tissu osseux et les implants. De plus, elle entraverait la formation de ciment par ces cellules. Ces résultats suggèrent que les implants pourraient mal s'intégrer à l'os immédiatement après l'intervention et que leur ancrage pourrait être compromis à plus long terme.
Page générée en 0.155 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique