Un milliard d'euros dans des supercalculateurs européens de classe mondiale
Publié par Redbran le 05/10/2018 à 12:00
Source: Commission européenne

Le Conseil des ministres a approuvé le 28 septembre 2018 officiellement les plans de la Commission visant à investir conjointement avec les États membres pour mettre en place une infrastructure de supercalculateurs de classe mondiale à l'échelle européenne.

Les supercalculateurs sont nécessaires pour traiter les volumes toujours plus importants de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.). Ils ont des retombées bénéfiques pour la société dans de nombreux domaines, qui vont des soins de santé (Les soins de santé relèvent des sciences appliquées. Ils se centrent sur la santé de l'Homme ou de l'animal. Ils impliquent non seulement la recherche, l'étude et la connaissance de la santé, mais...) aux énergies renouvelables en passant par la sécurité automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de...) et la cybersécurité. Le Conseil a adopté aujourd'hui sur le plan juridique un règlement établissant l'entreprise commune européenne pour le calcul à haute performance (EuroHPC), une nouvelle structure juridique et financière qui mettra en commun les ressources de 25 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la...) européens, construira une infrastructure de supercalcul et de données et soutiendra la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) et l'innovation dans le domaine, grâce à la participation des scientifiques, des entreprises et de l'industrie. Cette structure donnera aux utilisateurs publics et privés européens un meilleur accès au supercalcul, dont le rôle est essentiel pour soutenir la compétitivité et l'innovation.

M. Andrus Ansip, vice-président de la Commission chargé du marché unique numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information ayant été quantifiée et échantillonnée, par...), a déclaré: "Les données sont la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière occupe de l'espace...) première de notre économie numérique. Nous avons besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories :...) de supercalculateurs pour les traiter, développer l'intelligence artificielle (L'intelligence artificielle ou informatique cognitive est la « recherche de moyens susceptibles de doter les systèmes informatiques de capacités intellectuelles comparables à...) et trouver des solutions à des questions complexes dans des domaines comme la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) ou la sécurité. Aujourd'hui, la plupart de nos chercheurs et de nos entreprises ne peuvent trouver qu'hors d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) les ordinateurs de premier ordre dont ils ont besoin. L'UE ne peut pas se permettre d'être à la traîne. Avec EuroHPC, nous serons en mesure de bénéficier sur place de l'innovation."

La commissaire pour l'économie et la société numériques, Mariya Gabriel, a ajouté:"L'entreprise commune EuroHPC stimulera le développement, en Europe, d'une chaîne (Le mot chaîne peut avoir plusieurs significations :) d'approvisionnement compétitive dans le domaine du supercalcul et des données, grâce à des marchés publics. Par l'intermédiaire de ses centres de compétences, elle mettra davantage les universités, l'industrie, les petites et moyennes entreprises et les services publics européens en mesure d'agir et leur offrira un accès à un large éventail de ressources, de services et d'instruments pour améliorer leurs compétences numériques et innover."

L'entreprise commune EuroHPC sera créée en novembre 2018 et restera opérationnelle jusqu'à la fin de 2026. La coopération est vitale pour assurer la compétitivité et l'indépendance de l'UE dans une économie fondée sur les données, étant donné qu'actuellement les entreprises dans l'UE consomment plus de 33 % des ressources de supercalcul au niveau mondial, alors qu'elles ne fournissent que 5 % de ces ressources.

L'entreprise commune sera dotée d'un budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) d'un milliard (Un milliard (1 000 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf...) d'€, provenant pour moitié du budget de l'UE et pour moitié des États membres européens participants. Des partenaires privés apporteront des ressources complémentaires d'une valeur supérieure à 400 millions d'€. Les activités de l'entreprise commune se concentreront dans deux domaines:

Une infrastructure de supercalcul paneuropéenne: il s'agira (Agira est une commune italienne de la province d'Enna dans la région Sicile en Italie.) d'acquérir et de déployer dans l'UE deux supercalculateurs qui figureront parmi les cinq plus puissants du monde (Le mot monde peut désigner :), et au moins deux autres qui, actuellement, se classeraient parmi les 25 premiers mondiaux. Ces machines seront interconnectées avec les supercalculateurs nationaux existants et mis à disposition des utilisateurs publics et privés dans toute l'Europe, au service de plus de 800 domaines d'application scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) et industrielle.

La recherche et l'innovation: le but est de soutenir le développement d'un écosystème européen de supercalcul, stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique facilitant ou améliorant certaines fonctions de l'organisme. Parmi les stimulants fréquemment consommés, on trouve la...) un secteur de l'équipement technologique et qui mettra les ressources de supercalcul dans de nombreux domaines d'application à la disposition d'un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'utilisateurs publics et privés, y compris des petites et moyennes entreprises.

À ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et...), les pays européens suivants se sont engagés à participer à l'entreprise commune: l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Irlande, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie.

Prochaines étapes

L'entreprise commune commencera ses activités au cours des prochaines semaines, lorsque les représentants de la Commission, des pays européens et des partenaires privés qui constitueront son comité directeur et son comité consultatif industriel et scientifique auront été désignés.

À plus long terme, la Commission a proposé d'investir 2,7 milliards d'€ dans l'entreprise commune, afin de renforcer le calcul à haute performance et le traitement des données en Europe, dans le cadre du programme pour une Europe numérique pour la période 2021-2027, qui a été présenté en mai 2018. Ce financement supplémentaire garantira la disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on obtient en divisant la durée durant laquelle ledit équipement ou...) de supercalculateurs de classe mondiale et leur utilisation plus large aussi bien dans les secteurs public que privé, y compris par les petites et moyennes entreprises.

Contexte

Dans leur vie (La vie est le nom donné :) quotidienne, les citoyens européens bénéficient déjà des avantages de nombreuses applications de supercalcul. Par exemple, la mise au point (Graphie) de nouveaux traitements médicaux repose largement sur des simulations par supercalculateur, pour comprendre la nature de pathologies telles que cancers, maladies cardiaques, maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) d'Alzheimer et troubles génétiques rares.

Dans les domaines de la cybersécurité et de la défense, on a recours aux supercalculateurs pour mettre au point des technologies de cryptage (En cryptographie, le chiffrement (parfois appelé à tort cryptage) est le procédé grâce auquel on peut rendre la compréhension d'un document impossible à toute personne qui n'a pas la...) efficientes et, en combinaison (Une combinaison peut être :) avec l'intelligence artificielle, pour comprendre les cyberattaques et y répondre. Ces machines sont également employées pour étudier les changements climatiques et établir des prévisions météorologiques.

Dans les secteurs industriels et les entreprises, les supercalculateurs peuvent réduire sensiblement les cycles de conception et de production des produits, en accélérant la conception de nouveaux matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.), en diminuant les coûts et en rendant plus efficace l'utilisation des ressources. Ils permettent par exemple de ramener de 60 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) à 24 mois le cycle de production d'une voiture, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en la rendant plus sûre et plus confortable.

Pour en savoir plus

Le calcul à haute performance et l'entreprise commune EuroHPC
Page générée en 0.199 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique