Notre langage est-il de moins en moins rationnel ?

Publié par Adrien le 13/01/2022 à 09:00
Source: ASP
L'ère de la "post-vérité" ou des "faits alternatifs" n'est pas apparue du jour au lendemain. Mais comment peut-on retracer l'évolution qui y a conduit ? Des auteurs ont tenté d'analyser la façon dont le langage de la "rationalité" avait changé à travers des millions de livres publiés depuis un siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) et demi. Leur conclusion: si la tendance se maintient, ça va mal.


Ces quatre chercheurs -trois Néerlandais et un Américain- ont pu profiter d'une mine d'or: les millions de livres publiés depuis 1850 dont des versions complètes ou des résumés sont accessibles gratuitement dans Google (Google, Inc. est une société fondée le 7 septembre 1998 dans la Silicon Valley en Californie par...) Books. Lire cette quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) de livres "aurait pris des milliers d'années", signalent-ils dans leur introduction.

Ils ont effectué ce qu'on appelle une "analyse massive (Le mot massif peut être employé comme :) du langage", utilisant les 5000 mots les plus courants de l'anglais et de l'espagnol pour ensuite comparer l'occurrence de mots associés tantôt à la rationalité -déterminer, conclure, etc., ainsi que des termes scientifiques- tantôt à l'émotion -sentir, croire, plaisir, etc. Par ailleurs, parce que les débats en cours sur la "post-vérité" l'associent souvent à de l'individualisme -toutes les opinions se valent, mon opinion vaut mieux que les faits, etc.- ils ont également tenté une recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) des occurrences de termes référant à l'individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux...) (je/moi/nous) par opposition à ceux référant au collectif (il/elle/ils, en anglais, he/she/they). Leur recherche est parue en décembre dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Résultat: les mots associés à la rationalité ont augmenté systématiquement après 1850, tandis que ceux associés à l'émotion déclinaient. Mais la tendance s'est inversée à partir des années 1980. Un changement qui semble s'être accéléré à partir de 2007 (l'analyse s'arrête en 2019). En parallèle, on a aussi assisté à un renversement du "collectif" vers le "personnel". Des sociologues et des psychologues ont d'ailleurs souvent fait cette observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) dans les dernières décennies; une observation qui serait à présent "soutenue par une tendance prononcée vers l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) des pronoms singuliers versus pluriels, commençant dans les années 1980".

Peut-être plus révélateur encore est le fait que ces changements apparaissent autant dans les livres de fiction que de "non-fiction". Ces changements apparaissent aussi dans les articles du New York Times, "suggérant que ce n'est pas un artefact (Un artéfact ou artefact est un effet (lat. factum) artificiel (lat. ars, artis ). Le terme...) du corpus livresque".

En résumé, "notre recherche suggère qu'au cours des dernières décennies, il y a eu un passage marqué dans l'intérêt du public du collectif vers l'individuel, et du rationnel vers l'émotion".

Leur recherche ouvre par ailleurs la porte à d'autres hypothèses apparues au fil des ans. Par exemple, cette opposition entre les concepts "individuels" et "collectifs" peut aussi être interprétée, écrivent-ils, par la façon dont ces concepts "sont reliés à deux modes de fonctionnement fondamentalement différents" de notre cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...), appelés parfois "pensée rapide" et "pensée lente (La Lente est une rivière de la Toscane.)".

La "pensée rapide" réfère à toutes les décisions que nous prenons en quelques secondes, voire en quelques fractions de seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...), et peut donc être davantage reliée au pôle de l'émotion. La "pensée lente" réfère à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de...) à la réflexion, aux moments où nous soupesons le pour et le contre avant de prendre une décision, et peut donc être associée au pôle rationnel. Par conséquent, cette évolution dans le choix des mots pourrait, en théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...), révéler une évolution dans nos façons de réfléchir, d'argumenter et de décider -sur une base qui serait de plus en plus émotive depuis les années 1980.

Cette dernière interprétation, soulignent ces quatre chercheurs, relève de la spéculation. Un corpus composé uniquement de livres a ses limites, et l'évolution du vocabulaire est inévitablement biaisée par l'évolution des mentalités et de la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :). Mais d'autres chercheurs avaient, avant eux, suggéré une telle évolution dans le langage, et le fait qu'on la retrouve autant dans la fiction que dans la non-fiction pourrait être un avant-goût d'une transformation sociale plus en profondeur. Des décisions de moins en moins basées sur les faits et de plus en plus sur les opinions ?

Publications:
Martin Scheffer et al., "The rise and fall of rationality in language", PNAS, 21 décembre 2021.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !

Sur le même thême

Page générée en 0.100 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique