Les plages vont-elles vraiment disparaitre avec le changement climatique ?

Publié par Isabelle le 05/11/2020 à 13:00
Source: CNRS INSU
Les littoraux sableux, qui couvrent près d'un tiers du linéaire côtier mondial, montrent une tendance globale à l'érosion. Or, le changement climatique, à travers notamment l'augmentation du niveau moyen de la mer, va aggraver cette érosion au cours du XXIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être...).


La plage du Truc Vert (Le vert est une couleur complémentaire correspondant à la lumière qui a une longueur d'onde comprise entre 490 et 570 nm. L'œil humain possède un récepteur, appelé cône M, dont la bande passante est axée sur cette fréquence....) sur la côte girondine fait partie des plages qui devraient disparaître d'ici la fin du siècle d'après l'étude européenne. Pourtant les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré...) montrent que le système s'engraisse depuis au moins plus d'un siècle. De plus, même en érosion chronique, l'espace d'accueil permettrait à tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le système 'plage-dune' de migrer vers les terres et d'être ainsi conservé. © Stéphane Bujan, EPOC.

Début 2020, une équipe de chercheurs européens a publié une étude qui a eu un très fort impact médiatique. Elle concluait en effet sur la disparition de plus de la moitié des plages sableuses mondiales d'ici la fin du XXIe siècle. Ayant réexaminé les données et la méthodologie sur lesquelles s'appuyait cette étude, un consortium international1 est arrivé à des conclusions très différentes.

Parmi les nombreux éléments de désaccord, le modèle d'impact de l'augmentation du niveau moyen de la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) utilisé par l'équipe européenne ignore les possibilités d'ajustement morphologique des plages suite à un recul du trait de côte. Or, le consortium international a montré que si les plages ont un espace d'accueil à l'arrière, lorsqu'elles sont par exemple adossées à des plaines côtières, des marais (En géographie, un marais est un type de formation paysagère, au relief peu accidenté, où le sol est recouvert, en permanence ou par intermittence, d'une couche d'eau stagnante, en général peu profonde,...) littoraux ou des dunes, alors elles conserveront leur forme générale en migrant dans les terres: le littoral reculera, mais les plages survivront, bien qu'un peu surélevées et situées plus à l'intérieur des terres qu'actuellement. En revanche, les plages adossées à des falaises ou à des structures d'ingénierie (L'ingénierie désigne l'ensemble des fonctions allant de la conception et des études à la responsabilité de la construction et au contrôle des équipements d'une installation technique ou industrielle.) telles que des digues, qui ne peuvent de ce fait migrer vers les terres, subiront une diminution de leur largeur (La largeur d’un objet représente sa dimension perpendiculaire à sa longueur, soit la mesure la plus étroite de sa face. En géométrie plane, la...), qui pourra finalement conduire à leur disparition. Les structures côtières en dur empêchent ainsi l'adaptation naturelle des plages à l'élévation du niveau de la mer (Le niveau de la mer est la hauteur moyenne de la surface de la mer, par rapport à un niveau de référence adéquat.). Dans ces conditions, le retrait de ces structures ou, lorsque c'est possible, les solutions fondées sur la nature seront souvent les seules méthodes à appliquer pour sauvegarder l'avenir de ces plages.

Note:
1. Les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas...) dont sont issus les chercheurs sont la France [avec le laboratoire Environnements et paléoenvironnements océaniques (EPOC/OASU, Université de Bordeaux (Cette page est consacrée au PRES Université de Bordeaux. Pour les pages sur les universités, voir Université Bordeaux I, Université Bordeaux II, Université Bordeaux III, Université Bordeaux IV; pour la...) / CNRS) et le Centre européen de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) et d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais...) de géosciences de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à...) (CEREGE/PYTHÉAS, CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / AMU / IRD / Collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.) de France)], le Royaume-Uni, l'Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres émergées. Avec une population de...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), l'Australie (L’Australie (officiellement Commonwealth d’Australie) est un pays de l’hémisphère Sud dont la superficie couvre la plus grande...), la Nouvelle-Zélande (La Nouvelle-Zélande est un pays de l'Océanie, au Sud-Ouest de l'océan Pacifique, constitué de deux îles principales (l'île du Nord et l'île du Sud), et de nombreuses...) et les États-Unis
.

En savoir plus:
Cooper, J.A.G, Masselink, G., Coco, G., Short, A.D., Castelle, B., Rogers, K., Anthony, E.J., Green, A.N., Kelley, J.T., Jackson, D.W.T. (2020). Sandy beaches can survive sea-level rise. Nature Climate Change, https://doi.org/10.1038/s41558-020-00934-2

Contact:
Bruno Castelle - EPOC/OASU - bruno.castelle at u-bordeaux.fr
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.963 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique