Quand la colère gronde, notre cerveau se met en alerte
Publié par Isabelle le 16/12/2018 à 14:00
Source: Université de Genève (UNIGE)
Des chercheurs de l'UNIGE ont étudié la manière dont notre attention se focalise sur les différents sons de notre environnement et ont observé comment le cerveau se met en état d'alerte lorsqu'il perçoit de la colère.


© UNIGE

La vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) et l'ouïe (L’ouïe ou l’audition est la capacité de percevoir des sons. Elle est l’un des cinq sens.) sont les deux sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement...) principaux qui nous permettent d'interagir avec notre environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à...) et de l'interpréter. Mais que se passe-t-il dans notre cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de...) lorsqu'il perçoit une voix menaçante ? Comment la distingue-t-il du brouhaha environnant ? Comment traite-t-il cette information ? Pour le savoir, des chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) de Genève (UNIGE) ont étudié l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) cérébrale et le traitement des diverses voix par notre attention. Ils ont constaté que, en une fraction de seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure d'angle plan. ...), non seulement nous remarquons beaucoup plus rapidement une voix jugée menaçante qu'une voix normale ou joyeuse, mais qu'en plus notre attention reste plus longtemps focalisée sur cette voix, afin d'en étudier la menace potentielle. Cette étude, à lire dans la revue Social, Cognitive and Affective Neuroscience, démontre l'importance des ressources mobilisées par le cerveau lorsque celui-ci se sent en danger, permettant à l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) de survivre en situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le qualifier...) d'urgence.

La vue et l'ouïe sont les deux sens qui permettent aux êtres humains de déceler une situation menaçante. Bien que la vue soit capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine social, culturel, économique...), elle ne permet pas une couverture à 360 degrés de l'espace, contrairement à l'ouïe. "C'est pourquoi nous nous sommes intéressés à la manière dont notre attention réagit aux différentes intonations des voix qui l'entourent et comment notre cerveau traite une situation potentiellement menaçante", explique Nicolas Burra, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et...) à la section de psychologie de la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation (FPSE) de l'UNIGE.

Pour ce faire, les chercheurs de l'UNIGE ont utilisé 22 sons de voix humaine de 600 millisecondes exprimant soit de la colère, soit de la joie, soit un ton neutre. Ils les ont ensuite diffusés au moyen de deux haut-parleurs à 35 participants munis d'un électro-encéphalogramme (EEG) qui mesure l'activité électrique du cerveau à la milliseconde près. Plus spécifiquement, les chercheurs se sont focalisés sur des composantes électriques liées au traitement attentionnel auditif. "Chaque participant entendait deux sons simultanément : soit deux voix neutres, soit une voix neutre et une voix colérique, soit une voix neutre et une voix joyeuse. Lorsqu'ils percevaient de la colère ou de la joie, ils devaient l'indiquer le plus précisément et rapidement possible en appuyant sur une touche d'un clavier", relate Leonardo Ceravolo, chercheur au Centre interfacultaire des sciences affectives (CISA) de l'UNIGE. "Nous avons ensuite mesuré l'intensité de l'activité cérébrale lorsque l'attention se focalise sur les différents sons, et la durée de cette focalisation avant un retour à l'état de base", ajoute-t-il.

Entre joie et colère, le cerveau choisit la colère

Grâce à l'EEG, les chercheurs se sont intéressés à l'apparition d'un marqueur cérébrale de l'attention auditive, nommée N2ac. "Lorsque le cerveau perçoit un son émotionnel cible, l'activité de N2ac se déclenche au bout de 200 millisecondes", résume Nicolas Burra. "Cependant, lorsque notre attention perçoit de la colère, N2ac est amplifié et reste présent plus longtemps, ce qui n'est pas le cas pour la joie !"

Par la suite, après 400ms, notre attention doit se détacher du stimulus vocal émotionnel. C'est alors qu'un autre marqueur cérébral de l'attention auditive, nommé LPCpc, intervient. Une fois encore, l'activité de LPCpc est elle aussi plus forte pour les voix de colères que de joies. Pourquoi ? "La colère peut annoncer une menace potentielle, c'est pourquoi le cerveau analyse plus longtemps ce genre de stimuli. Ce mécanisme permet, dans un environnement sonore, de ne pas s'alarmer au moindre bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la...) potentiellement menaçant ou, au contraire, d'adopter le comportement le plus adéquat en cas de danger. Ces millisecondes d'attention supplémentaires sont donc capitales pour une bonne interprétation de la menace", analyse Leonardo Ceravolo.

Ce micro laps de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) supplémentaire se retrouve également dans le temps de réponse des participants. Lorsque ceux-ci doivent répondre qu'ils perçoivent de la colère, cela leur prend plus de temps que pour de la joie. Contradictoire, alors que l'activité cérébrale est plus élevée en cas de stimuli colériques ? "Non, l'explication est logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος), terme inventé par Xénocrate signifiant à la fois raison, langage, et...). Comme l'attention du cerveau reste focalisée sur le son menaçant, le geste moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une...) de la réponse au clavier se fait plus tardivement", répond Nicolas Burra.

En résumé, cette étude démontre pour la première fois que, en quelque centaine de millisecondes, notre cerveau est sensible à la présence de voix de colère. C'est une manière pour notre cerveau de savoir détecter rapidement dans une scène auditive la source d'une menace potentielle et d'être sûr de sa présence. De plus, les chercheurs ont également observé que même après des centaines d'écoutes de stimuli vocaux pour chaque participant, l'activité cérébrale était toujours aussi forte lorsque la colère était identifiée. Il n'y a donc aucune habituation à la menace. "De bon augure pour notre survie !", conclut Leonardo Ceravolo.

Référence publication:
Cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) est publiée dans Social, Cognitive and Affective Neuroscience
DOI: 10.1093/scan/nsy100

Contacts chercheurs:
- Nicolas Burra - Maître assistant à la section de psychologique - Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation (FPSE)
- Leonardo Ceravolo - Chargé d'enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les...) à la section de psychologie - Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation (FPSE) - Maître assistant au Centre interfacultaire des sciences affectives (CISA)
Page générée en 0.393 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique