Les secrets du baume d'une momie égyptienne révélés par spectroscopie

Publié par Adrien le 03/01/2021 à 09:00
Source: CNRS INC
Le baume qui recouvrait les momies égyptiennes est un mélange complexe comprenant entre autres, des résines végétales, des cires animales ou végétales, des graisses, et des asphaltènes, composant le plus stable du bitume.


© Gourier

En analysant des prélèvements de ce baume par résonance paramagnétique électronique (La résonance paramagnétique électronique (RPE) est une technique de mesure physique. Elle est...) (RPE) sur différentes momies d'âges allant de la Basse époque à la période Ptolémaïque (7ème siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) AvJC à 30 AvJC), des scientifiques de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à...) de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) (IRCP, CNRS/Chimie ParisTech) et du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF) ont détecté la présence de composés qui ne peuvent provenir que de la dégradation du bitume (Le bitume est une substance composée d'un mélange d'hydrocarbures, très visqueuse...) au cours du processus naturel de momification. Travail d'analyse délicat car ces composés donnent des signatures spectroscopiques proches de celles observées pour les bitumes non dégradés.

Les chercheurs ont ensuite observé que ces produits de dégradation étaient absents du baume prélevé sur une momie du "Château-musée" de Boulogne sur Mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.), et que celui-ci présentait des caractéristiques très semblables à celles du bitume que l'on trouve toujours actuellement en Judée. Résultat qui indique par ailleurs que cette momie a probablement subi une restauration avant son acquisition (En général l'acquisition est l'action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un...) par le musée au début du 19ème siècle. Ces résultats sont publiés dans la revue Analytical Chemistry.

Référence:
Charles E. Dutoit, Laurent Binet, Hitomi Fujii, Agnès Lattuati-Derieux, & Didier Gourier.
Non-destructive analysis of mummification balms in Ancient Egypt, based on EPR of vanadyl and organic radical markers of bitumen.
Anal. Chem. - Novembre 2020
https://doi.org/10.1021/acs.analchem.0c03116
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.067 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique