Toxines alimentaires: mise en évidence des effets cocktails

Publié par Redbran le 30/11/2022 à 13:00
Source: INRAE
...
La sécurité sanitaire des aliments est un enjeu mondial. Animaux et humains sont exposés à des centaines de molécules, naturelles ou de synthèse, potentiellement toxiques. Devant l'existence d'une quasi infinité de combinaisons de ces molécules, la prédiction des effets cocktails reste un défi scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...). Des travaux d'INRAE, en collaboration avec l'Inserm, l'Université Toulouse III (L’université Toulouse-III, (nom d’usage : université Paul Sabatier)...) - Paul Sabatier (Paul Sabatier (5 novembre 1854 à Carcassonne, France - 14 août 1941...) et l'École nationale vétérinaire de Toulouse montrent que la famille de mycotoxines fréquemment retrouvée dans les aliments interagit avec un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) d'autres toxines. Ces résultats sont parus dans Environnemental Pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le...).


Toxines alimentaires: mise en évidence des effets cocktails.
© Pixabay

Parmi les contaminants alimentaires, on retrouve le déoxynivalénol (DON), une toxine produite par certaines moisissures. On le retrouve principalement dans les céréales. Il est classé dans la famille des trichothécènes (TCT). Environ 80% des individus sont exposés au DON, certains à des doses proches voire supérieures à la dose journalière tolérable. Se pose la question de potentiels effets "cocktails" avec d'autres contaminants alimentaires, en particulier les génotoxines (qui modifient notre ADN), auxquelles nous sommes exposés quotidiennement.

Est-ce que toute la famille des TCT peut provoquer des effets cocktails ? En interagissant avec quelles autres génotoxines alimentaires ? Est-il possible de dresser une liste des interactions potentielles ?

Des scientifiques d'INRAE, de l'Inserm, de l'Université Toulouse III - Paul Sabatier et de l'École nationale vétérinaire de Toulouse se sont intéressés à ces différentes combinaisons. Leur étude se base sur une approche interdisciplinaire (Un travail interdisciplinaire intègre des concepts provenant de différentes disciplines.) associant notamment de la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant....) cellulaire, de la modélisation moléculaire (La modélisation moléculaire est un ensemble de techniques pour modéliser ou imiter...) et de l'épidémiologie.

La première phase de l'étude montre que le DON augmente in vitro l'action de diverses génotoxines. Les chercheurs ont ensuite montré que toute la famille des TCT a également cette capacité. S'additionne alors une longue liste de synergies entre la famille des TCT et les différentes génotoxines, comme par exemple la colibactine, une toxine produite par notre microbiote (Le microbiote est une nouvelle dénomination de la microflore.) ou le captane (Le captane est une substance active de produit phytosanitaire (ou produit phytopharmaceutique, ou...), un pesticide (Un produit phytosanitaire est une substance émise dans une culture pour lutter contre des...) avec une action fongicide.

Ces génotoxines alimentaires endommagent notre ADN, ce qui favoriserait l'inflammation et le développement potentiel de cancers. Ces résultats attirent l'attention sur les risques liés à une co-exposition à ces TCT et les génotoxines alimentaires au sens large. Ce travail pourra conduire à des progrès dans la prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter...) et/ou le diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de...) de l'exposition à ces composés, seuls ou en mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses...).

Ces travaux s'inscrivent dans les projets ANR Genofood (2019-24) et GenoMyc (2023-27) qui visent à identifier les autres contaminants alimentaires génotoxiques représentant un risque pour la santé animale et humaine qui entrent en synergie avec la famille des TCT.

Référence:
A novel toxic effect of foodborne trichothecenes: the exacerbation of genotoxicity M. Garofalo, D. Payros, M. Penary, E. Oswald, J.P. Nougayrède, I.P. Oswald. Environ. Pollut. In press. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749122018395.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.107 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique