Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Adrien le Mercredi 24/09/2014 à 00:00
Une nouvelle molécule permettant d'augmenter les greffes de cellules souches

Jalila Chagraoui, agente de recherche, Iman Farès, étudiante au Ph. D. Student et Dr Guy Sauvageau à l'IRIC
Des chercheurs de l'Institut de recherche en immunologie et cancérologie (IRIC) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires...) viennent de publier dans le magazine Science l'annonce de la découverte d'une nouvelle molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité de...), la première en son genre, qui permet la multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .) de cellules souches dans une unité de sang de cordon (Le « sang de cordon » (ou « sang placentaire ») est le sang contenu dans le placenta et le cordon ombilical des mammifères...).

Les cellules souches issues du cordon ombilical (Chez les mammifères placentaires, le cordon ombilical est l'organe qui joint le placenta de la mère enceinte au fœtus ou à l'embryon. C'est...) sont utilisées pour des transplantations dans le but de guérir plusieurs maladies du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté d’environ 5 litres de...), dont les leucémies, les myélomes et les lymphomes. Cette thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé, dans le but...) représente pour de nombreux patients un traitement de dernier recours.

Dirigée par le Dr Guy Sauvageau, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les...) principal à l'IRIC et hématologue à l'Hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile ou dans le...) Maisonneuve-Rosemont, cette percée mondiale a le potentiel de multiplier par 10 le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'unités de sang de cordon disponibles pour une transplantation chez l'humain. De plus, elle réduira considérablement les complications associées à la greffe de cellules souches. Elle sera particulièrement utile pour les patients non caucasiens pour qui les donneurs compatibles sont difficiles à identifier.

Une étude clinique utilisant cette molécule nommée UM171 en l'honneur de l'Université de Montréal et un nouveau type de bioréacteur développé pour la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de détail, La Culture peut...) de cellules souches en collaboration avec l'Université de Toronto sera initiée dès décembre 2014 à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Selon le Dr Guy Sauvageau, "cette nouvelle molécule combinée à la nouvelle technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) du bioréacteur permettra à des milliers de patients de par le monde (Le mot monde peut désigner :) d'avoir accès à une transplantation de cellules souches plus sécuritaire. Considérant que plusieurs patients ne peuvent actuellement avoir recours à une greffe de cellules souches faute de donneurs compatibles, cette découverte s'annonce très prometteuse pour le traitement de divers types de cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée....)."

Le Centre d'excellence en thérapie cellulaire (Dans le cadre des biothérapies, la thérapie cellulaire vise à soigner des cellules ou à soigner un organisme par l'apport de cellules...) de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont servira d'unité de production de ces cellules souches. Par la suite, les greffons seront distribués à des patients de Montréal, Québec et Vancouver pour cette première étude clinique canadienne. Des résultats tangibles devraient être disponibles une année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) plus tard, soit en décembre 2015. À terme, des résultats cliniques concluants pourraient révolutionner le traitement de la leucémie (La leucémie (du grec leukos, blanc, et haima, sang), ou leucose, est un cancer des cellules de la moelle osseuse (les cellules de la moelle produisent les cellules sanguines, d'où le...) et d'autres maladies du sang. De là, l'importance de la portée de cette nouvelle découverte.

"Ces avancées extraordinaires sont le résultat d'une équipe remarquable dont des étudiants et chercheurs postdoctoraux extrêmement doués qui oeuvrent dans les laboratoires de l'IRIC incluant les premières auteures de cette publication Iman Farès, étudiante au doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade est le docteur. Selon les pays...) et Jalila Chagraoui, agente de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) ainsi que les professionnels de la plateforme de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle...) médicinale de l'IRIC sous la direction d'Anne Marinier (Le batelier ou marinier est une personne dont le métier est de conduire un bateau, une péniche naviguant sur le réseau des voies navigables intérieures (lacs, canaux et...) qui ont optimisé les propriétés thérapeutiques de cette nouvelle molécule", ajoute le Dr Guy Sauvageau.

Contexte

Le sang de cordon ombilical d'un nouveau-né (Un nouveau-né est un enfant à partir de sa première heure de vie et jusqu'à 28 jours. De 28 jours à 2 ans, c'est un nourrisson.) est une excellente source de cellules souches hématopoïétiques pour la transplantation de cellule souche puisque leur système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le...) est encore immature et que les cellules souches ont une probabilité (La probabilité (du latin probabilitas) est une évaluation du caractère probable d'un évènement. En mathématiques, l'étude des...) moindre d'induire une réaction immunitaire néfaste chez le receveur.

De plus, il n'est pas nécessaire que la compatibilité immunologique entre le donneur et le receveur soit parfaite, contrairement à une greffe de moelle osseuse (La moelle osseuse est tissu situé au centre des os. Il y en a deux formes: la moelle jaune (tissu adipeux) qui prend le nom de moelle grise en vieillissant et la...). Cependant, dans la plupart des cas, le nombre de cellules souches obtenues d'un cordon ombilical est beaucoup trop faible pour traiter un adulte et son utilisation est confinée surtout au traitement des enfants. Avec la nouvelle molécule UM171, il sera possible de multiplier les cellules souches en culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) et en produire suffisamment pour traiter des adultes, particulièrement ceux qui ne sont pas caucasiens, qui ont un accès limité à la greffe par manque de donneurs.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université de Montréal