Les carbènes pour stabiliser des nano-objets métalliques

Publié par Adrien le 25/11/2020 à 09:00
Source: CNRS INC
Les carbènes, longtemps considérés comme instables, sont aujourd'hui des molécules essentielles en chimie organique. Ils servent notamment de ligands pour les catalyseurs à base de métaux de transition. Des chercheurs du CNRS et de l'UCSD en ont récemment montré une tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) autre utilité: leur capacité à stabiliser des nano-objets originaux composés de quelques atomes métalliques. L'étude des propriétés de tels "clusters" tri-nucléaires (trois atomes) de cuivre (Le cuivre est un élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29. Le cuivre...), d'or ou d'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du...), publiée dans la revue JACS, révèle des informations précieuses sur l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) de ces métaux, notamment dans les traitements de valorisation du CO2.


Echange galvanique entre le Cu, l'Ag et l'Au dans des clusters tri-nucléaires stabilisés par un carbène.
© Rodolphe Jazzar

Les carbènes sont des molécules organiques très réactives car elles contiennent un atome (Un atome (du grec ατομος, atomos, « que l'on ne peut...) de carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C,...) divalent, c'est-à-dire qui participe à seulement deux liaisons covalentes, et porteur de deux électrons non liés. Depuis l'isolement en 1988 du premier carbène stable, ces composés ont connu un essor spectaculaire. Avides ou donneurs d'électrons, les carbènes s'associent notamment volontiers aux métaux de transition pour former des catalyseurs (En chimie, un catalyseur est une substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique ;...) organométalliques très utiles. Des chercheurs d'une unité mixte de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) entre le CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand...) et l'Université de Californie (L'université de Californie est une université américaine, fondée en 1868, dont...) à San Diego (UCSD), en collaboration avec des chercheurs du DCM (CNRS/Université de Grenoble), ont récemment montré un tout autre intérêt pour les espèces carbéniques: la stabilisation de nano-objets métalliques.

Constitués de quelques atomes à quelques milliers d'atomes, les nanomatériaux représentent les états intermédiaires de la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...), entre les atomes et les solides massifs. Un des enjeux majeurs des nanosciences est de comprendre les propriétés spécifiques de la matière à cette échelle. L'étude directe de ces propriétés est cependant compliquée par la difficulté d'isoler un petit amas d'atomes pour en étudier le comportement.

Dans une étude récemment publiée dans la revue JACS, les chercheurs ont réussi à synthétiser une série de clusters métalliques tri-nucléaires, formés de trois atomes, stabilisés par un ligand carbène. Partant d'un cluster tri-nucléaire de cuivre, ils ont utilisé la technique bien connue d'échange galvanique, qui implique le remplacement d'un atome (Un atome (grec ancien ἄτομος [atomos], « que...) métallique par un autre atome métallique moins réducteur, pour former des clusters d'or ou d'argent, stables également. Ces clusters s'avèrent être d'excellents modèles pour étudier, par exemple, les phénomènes de réduction de CO2 sur les surfaces métalliques des métaux précieux. Ces résultats offrent une nouvelle façon d'étudier les nanomatériaux à partir de systèmes plus petits mais facilement modélisables. Les chercheurs s'attachent à présent à la stabilisation de plus grands clusters constitués de 6 atomes ou plus par différents carbènes.

Référence

Absolute Templating of M(111) Cluster Surrogates by Galvanic Exchange Jesse L. Peltier, Michele Soleilhavoup, David Martin, Rodolphe Jazzar et Guy Bertrand, J. Am. Chem. Soc. 2020, 142, 38, 16479-16485.

DOI: 10.1021.jacs.0c07990
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.167 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique