Cette cicatrice unique sur une étoile montre qu'elle a avalé de la matière planétaire

Publié par Adrien le 28/02/2024 à 13:00
Source: The Astrophysical Journal Letters
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

En fin de vie, quand les étoiles comme le Soleil tirent leur révérence, elles ne disparaissent pas sans laisser de trace. Elles peuvent engloutir les planètes et les astéroïdes qui les ont accompagnées tout au long de leur existence.


Cette vue d'artiste montre la naine blanche magnétique WD 0816-310, où les astronomes ont découvert une cicatrice imprimée sur sa surface résultant de l'ingestion de débris planétaires.
Crédit: ESO/L. Calçada

Une équipe internationale d'astronomes, en utilisant le Très Grand Télescope (VLT) de l'Observatoire Européen Austral (ESO) situé au Chili, vient de mettre en évidence pour la première fois une cicatrice unique sur la surface d'une naine blanche, témoignage de ce processus cosmique.

La naine blanche WD 0816-310, un résidu de la taille de la Terre d'une étoile similaire à notre Soleil, bien que légèrement plus massive, arbore sur sa surface une concentration de métaux. Cette "cicatrice" est le résultat direct de l'ingestion de débris planétaires, incluant potentiellement un fragment de la taille de Vesta, le deuxième plus grand astéroïde de notre système solaire. Cette découverte, publiée dans The Astrophysical Journal Letters, apporte un nouvel éclairage sur le rôle crucial du champ magnétique de l'étoile dans ce processus.

Les chercheurs ont observé que la détection de métaux sur WD 0816-310 variait avec la rotation de l'étoile, indiquant que ces métaux étaient concentrés dans une zone spécifique plutôt que répartis uniformément sur sa surface. Cette concentration de métaux est synchronisée avec des variations du champ magnétique de la naine blanche, suggérant que la cicatrice métallique se trouve sur l'un de ses pôles magnétiques. Ce processus, par lequel le champ magnétique canalise les métaux vers l'étoile, crée une cicatrice distincte. Ce phénomène rappelle les mécanismes à l'œuvre dans la formation des aurores sur Terre et Jupiter, où le champ magnétique guide le matériel ionisé vers les pôles.

Cette étude illustre également comment les systèmes planétaires peuvent rester dynamiquement actifs, même après la phase de "mort" de leur étoile centrale. Les observations faites avec le VLT et l'instrument FORS2, ainsi que les données archivées de l'instrument X-shooter, ont été cruciales pour lier la cicatrice métallique au champ magnétique de la naine blanche.
Page générée en 0.126 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise