Les chaleurs de Pluton

Publié par Adrien le 13/08/2020 à 09:00
Source: ASP
Et si la naissance de Pluton s'était faite dans la chaleur plutôt que dans le froid glacial qui y règne ? C'est la plus récente hypothèse expliquant la formation de cette planète naine, que résume l'astronome Phil Plait sur son blogue Bad Astronomy.

La plaine Spoutnik (Tiré du mot russe ??????K (« compagnon de route » ou « satellite »), le terme Spoutnik désigne une série de satellites lancés...), en-dessous de laquelle dort peut-être un océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence renouvelée par des courants...). Source: NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence...) / Johns Hopkins University

Selon l'hypothèse classique, Pluton (Pluton, dont la désignation officielle est (134340) Pluton, est la deuxième plus grande planète naine connue du système solaire et le 10e plus grand astre connu orbitant le Soleil. Originellement considérée...) se serait formée grâce à l'accumulation de matériel froid (Le froid est la sensation contraire du chaud, associé aux températures basses.), comme des roches et de la glace (La glace est de l'eau à l'état solide.). Le tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) aurait ensuite partiellement fondu en raison de la radioactivité (La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie Curie pour le thorium, est un phénomène physique naturel au cours duquel des...), créant un océan sous la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent...) de glace -un océan qui, incidemment est peut-être encore là aujourd'hui.

Toutefois, selon trois chercheurs américains publiant dans la revue Nature Geoscience, l'analyse d'images prises en 2015 par la sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre à la fois les mesures in situ (champs...) New Horizons (New Horizons (« nouveaux horizons » en français) est une sonde spatiale de la NASA qui doit étudier Pluton et son satellite Charon en 2015. Elle doit ensuite survoler certains petits objets célestes...) ne soutient pas cette explication. Si Pluton avait d'abord été froide puis avait réchauffé, sa surface de glace se serait contractée et aurait laissé des traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission européenne dans le cadre du...) d'une telle compression, semblables à des replis rocheux. Pourtant, on observe plutôt de longues fissures, signes d'expansion.

Les scientifiques proposent donc que les roches et les morceaux de glace qui ont formé Pluton disposaient de suffisamment d'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) pour fondre d'eux-mêmes dès leur collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.). Un océan se serait ainsi créé à la surface et la glace qui recouvre Pluton aujourd'hui serait apparue lors de son refroidissement, expliquant les traces d'expansion.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.306 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique