Le changement climatique modifie la disponibilité de l'eau terrestre

Publié par Adrien le 03/07/2020 à 09:00
Source: CNRS INSU
L'eau est vitale aussi bien pour les écosystèmes que pour les êtres humains. Mais les volumes d'eau terrestre disponibles (quantités d'eau restant des précipitations après évaporation) sont inégalement répartis sur la planète. En outre, ils varient au fil du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Ainsi, ils diminuent dans certaines régions depuis quelques décennies, comme en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.), tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en ayant tendance à augmenter ailleurs. Le changement climatique est-il responsable de ces évolutions ou sont-elles simplement dues à la variabilité naturelle du climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie qui désigne l'étude...) ?

Une équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) internationale a reconstitué la disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on obtient en divisant la durée durant laquelle ledit équipement ou...) en eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) dans le monde (Le mot monde peut désigner :) au cours du mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) le plus sec des années 1902 - 2014 en utilisant des modèles climatiques et de nouvelles observations. Les chercheurs ont ensuite comparé la disponibilité en eau des années 1985 - 2014 à celle de la première moitié du XXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4...). Ils ont ainsi pu tracer un schéma global de l'évolution de la disponibilité en eau au cours des trois dernières décennies.

Pour vérifier le rôle du changement climatique sur cette évolution, les chercheurs ont utilisé la méthode dite d'attribution qui consiste à comparer des séries d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très grande...) avec des simulations climatiques calculées avec et sans émissions de CO2 d'origine humaine. Seules les simulations avec influence humaine concordant avec le schéma des changements observés, les auteurs de l'étude estiment qu'il est très peu probable que l'évolution de la disponibilité en eau soit le produit de fluctuations naturelles.

Cette étude est la première à établir au niveau mondial un lien entre le changement de disponibilité en eau pendant les saisons sèches et le changement climatique induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité (générateur) ou en force (moteur).) par l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon,...). Elle met également en évidence une intensification des saisons sèches dans de nombreuses régions extratropicales, notamment en Europe, en Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et...) du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), en Sibérie, en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la surface des terres...) australe et de l'Est, généralement causée par une plus grande évaporation (L'évaporation est un passage progressif de l'état liquide à l'état gazeux. Elle est différente de l'ébullition qui est une transition rapide. C'est un...) (due à des températures et des radiations plus élevées) plutôt que par une réduction des précipitations.

En savoir plus:
Observed changes in dry-season water availability attributed to human-induced climate change,
Ryan S. Padrón, Lukas Gudmundsson, Agnès Ducharne, David M. Lawrence, Jiafu Mao, Daniele Peano, Bertrand Decharme, Gerhard Krinner, Hyungjun Kim and Sonia I. Seneviratne,
Nature Geoscience, vol 13, 477-481 (2020). https://doi.org/10.1038/s41561-020-0594-1
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 1.096 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique