La méditation de pleine conscience bénéfique pour les adolescents atteints du cancer
Publié par Isabelle le 21/03/2014 à 00:00
Source: Université de Montréal - William Raillant-Clark

La méditation de pleine conscience pourrait atténuer certains symptômes du cancer chez les adolescents (Crédit: iStock)
La méditation de pleine conscience pourrait atténuer certains symptômes du cancer chez les adolescents, conclut un essai clinique (Un essai clinique est une étude scientifique réalisée en thérapeutique médicale humaine pour évaluer l'innocuité et l'efficacité...) dirigé par des chercheuses de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance...) et du CHU Sainte-Justine, le centre hospitalier mère-enfant affilié à l'Université. La méditation de pleine conscience consiste à se concentrer sur l'instant (L'instant désigne le plus petit élément constitutif du temps. L'instant n'est pas intervalle de temps. Il ne peut donc être considéré comme une durée.) présent et sur le lien entre le corps et l'esprit. Les adolescents qui vivent avec le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle...) subissent bien plus que les symptômes physiques de la maladie : l'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un...) et l'incertitude entourant l'évolution de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.), l'appréhension de la souffrance physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la...) et émotionnelle associée à la maladie et aux traitements, les changements de vie (La vie est le nom donné :) majeurs imposés par le cancer et la crainte d'une rechute après la rémission font aussi partie de leur réalité. Catherine Malboeuf-Hurtubise, du Département de psychologie de l'Université, a présenté ses découvertes le 13 mars dernier au congrès de l'American Psychosomatic Society à San Francisco.

Les chercheuses ont demandé à 13 adolescents atteints de cancer de remplir des questionnaires sur leur humeur (émotions positives et négatives, anxiété et dépression), leur sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant à intervalles...) et leur qualité de vie (La qualité de vie d’une population est un enjeu majeur en sciences économiques et en science politique. On utilise les notions proches d’utilité et de bien-être. Elle est mesurée par de nombreux...). Le groupe était divisé en deux : un premier groupe de huit adolescents a suivi huit séances de méditation de pleine conscience, et les cinq autres adolescents, le groupe-témoin, ont été placés sur une liste d'attente. Les huit séances hebdomadaires étaient d'une durée de 90 minutes. Après la dernière séance de méditation, les patients des deux groupes ont rempli les mêmes questionnaires une deuxième fois. " Nous avons analysé les différences dans les scores d'humeur, de sommeil et de qualité de vie chez chaque participant, puis entre les deux groupes, pour évaluer si les séances de méditation avaient eu un impact plus grand que le simple passage du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Nous avons découvert que les adolescents qui ont suivi les séances de méditation ont obtenu des scores de dépression plus bas après les huit séances. Les filles du groupe de méditation ont signalé qu'elles dormaient mieux. Nous avons aussi remarqué que les filles avaient développé davantage leurs habiletés à exercer la méditation de pleine conscience que les garçons durant les séances ", explique Mme Malboeuf-Hurtubise. " Nos résultats suggèrent que des séances de méditation de pleine conscience pourraient contribuer à une amélioration de l'humeur et du sommeil chez les adolescents atteints du cancer, comme des recherches antérieures en oncologie tendent à le démontrer chez les adultes. "

Les différences entre les deux groupes n'étaient pas assez grandes pour que les chercheuses attribuent les bienfaits observés au seul exercice de la méditation durant les séances. " Le soutien social apporté aux adolescents du groupe de méditation pourrait expliquer les bienfaits observés sur l'humeur et le sommeil, nuance la Mme Malboeuf-Hurtubise. Néanmoins, les interventions basées sur la méditation de pleine conscience pour les adolescents atteints du cancer semblent une avenue (Une avenue est une grande voie urbaine. Elle est en principe plantée d'arbres, et conduit à un monument.) prometteuse pour atténuer la détresse psychologique concomitante au cancer. " Les chercheuses comptent offrir aux membres du groupe-témoin la chance de suivre eux aussi les séances de méditation.

Remarques :

Les travaux de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) ont été supervisés par la professeure Marie Achille, du Département de psychologie de l'Université de Montréal. La Dre Majorie Vadnais, du CHU Sainte-Justine, affilié à l'Université de Montréal, faisait également partie de l'équipe de recherche et a contribué au recrutement des participants. Marine Hardouin était l'assistante de recherche de Mme Malboeuf-Hurtubise. Le professeur Serge Sultan, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent...) au CHU Sainte-Justine et professeur au Département de psychologie et au Département de pédiatrie (La pédiatrie est une branche spécialisée de la médecine qui étudie le développement psycho-moteur et physiologique normal de l'enfant, ainsi que toute la pathologie qui y a trait (maladies infantiles), de la...) de l'Université de Montréal a contribué à la conception de l'étude.
Page générée en 0.616 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique