Montée en altitude du risque avalanche avec le changement climatique

Publié par Isabelle le 01/11/2021 à 13:00
Source: INRAE
Les zones de montagnes sont particulièrement touchées par le réchauffement climatique, mais les impacts sur les avalanches sont encore peu connus. Des chercheurs d'INRAE, de Météo France, du CNRS, et des universités Grenoble Alpes, Genève et de Haute-Alsace ont étudié l'évolution de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) avalancheuse sur près de deux siècles et demi dans le Massif (Le mot massif peut être employé comme :) vosgien, en combinant analyse de sources historiques, modélisation statistique (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle...) et climatologie. Leurs résultats, publiés le 25 octobre dans la revue PNAS, montrent une remontée en altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau...) des avalanches qui se produisent à présent essentiellement aux altitudes les plus élevées du massif. Cette remontée s'est traduite par une division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par...) par 7 du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre...) d'avalanches, un raccourcissement de la saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de...) des avalanches, et une réduction de leur taille par rapport à la fin du "Petit Age Glaciaire". Ces résultats montrent également que les massifs de moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...) montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la...) peuvent servir de sentinelles des impacts du réchauffement climatique (Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou...).


illustration Montée en altitude du risque avalanche avec le changement climatique © Pixabay

Il est désormais bien établi que le changement climatique affecte tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) particulièrement les zones de montagne. Les impacts sur la cryosphère (neige, glace (La glace est de l'eau à l'état solide.), permafrost) sont très importants et bien décrits pour l'évolution des glaciers et l'enneigement. Cependant, les évolutions de l'activité avalancheuse en réponse au changement climatique restent encore peu connues, faute de séries d'observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) d'avalanches de suffisamment longue durée et de techniques statistiques capables de rendre compte des nombreux biais inhérents aux rares séries existantes. Cela a notamment été récemment rappelé dans le rapport spécial du GIEC sur l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau...) et la cryosphère[1], qui inclut un chapitre spécifiquement dédié aux zones de montagne. L'enjeu en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...) de risque est crucial étant donné la dangerosité des avalanches pour les humains et les infrastructures (bâtiments, réseaux de transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus...) et de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...), etc.). Pour y remédier, l'équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) a étudié l'évolution de l'activité avalancheuse entre la fin du XVIIIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) et 2014 dans le Massif vosgien. Les scientifiques ont utilisé une approche pluridisciplinaire innovante combinant analyse du corpus de sources historiques (archives écrites, documents iconographiques, témoignages, etc.), modélisation statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon....) et climatologie.

[b]Réduction des avalanches et montée en altitude[/b]

Grâce à leurs travaux, l'équipe de recherche montre que l'augmentation de température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et...) de +1,5°C dans le Massif vosgien entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècle (fin de ce que l'on dénomme le "Petit âge glaciaire") a induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de...) une réduction par sept du nombre moyen d'avalanches par hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) à l'échelle du massif. La taille moyenne des avalanches s'est significativement réduite - la dernière avalanche de taille exceptionnelle[2] a eu lieu en 1952 - ainsi que la durée de la saison durant laquelle les avalanches se produisent (réduction de 23 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) en moyenne). L'analyse de l'évolution de l'enneigement a montré que ces changements sont liés à une réduction nette (Le terme Nette est un nom vernaculaire attribué en français à plusieurs espèces...), à la fin du "Petit âge glaciaire", de l'enneigement aux altitudes basses et moyennes du massif. En conséquence, les avalanches ont maintenant quasiment disparu de ces altitudes dans le Massif vosgien. Aujourd'hui, elles s'y produisent essentiellement aux altitudes les plus élevées (zones de déclenchement avec une altitude minimale de 1200 m environ), même si l'activité avalancheuse reste encore dans ce massif un risque potentiel.

Cette étude suggère qu'à terme, dans de nombreux massifs montagneux, l'activité avalancheuse va progressivement être restreinte à des altitudes de plus en plus élevées et que ce mouvement s'accompagnera vraisemblablement par une réduction en moyenne de leur taille et de la durée de la saison durant laquelle elles se produisent à mesure que le réchauffement futur réduira l'enneigement. Plus largement, ces résultats montrent que les massifs de moyenne montagne peuvent servir de sentinelles des impacts du réchauffement climatique et aider ainsi à la conception de stratégies d'adaptation efficaces pour l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) des territoires de montagne.

Notes:
[1] Rapport GIEC IPCC, 2019: IPCC Special Report on the Ocean and Cryosphere in a Changing Climate
H.-O. Pörtner, D.C. Roberts, V. Masson-Delmotte, P. Zhai, M. Tignor, E. Poloczanska, K. Mintenbeck, A. Alegría, M. Nicolai, A. Okem, J. Petzold, B. Rama, N.M. Weyer (eds.). In press.
https://www.ipcc.ch/srocc/.

[2] Taille 5 (maximale) sur une échelle à 5 niveaux, développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de...) spécifiquement pour le Massif vosgien, qui correspond à des avalanches qui partent à proximité des crêtes sommitales et descendent jusque dans le fond de la vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme...).

Référence:
Florie Giacona, Nicolas Eckert, Christophe Corona, Robin Mainieri, Samuel Morin, Markus Stoffel, Brice Martin, Mohamed Naaim, Upslope migration of snow avalanches in a warming climate, PNAS, 2021 118 (44) e2107306118; https://doi.org/10.1073/pnas.2107306118
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.074 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique