Nouvelle cible pour traiter l'addiction et la dépression
Publié par Publication le 13/08/2011 à 00:00

Serotonine
Illustration: Totot's - Licence CCO
Une nouvelle étude sur des souris a permis de mieux comprendre les mécanismes à l'origine des phénomènes d'addiction aux drogues et de dépression. Dans les résultats de ce travail publié dans la revue Neuron, il semblerait que le blocage de la voie de signalisation à l'origine du stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes...) puisse réduire les effets délétères de celui-ci, incluant l'anxiété (L'anxiété est pour la psychiatrie phénoménologique biologique et comportementale, un état d'alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment désagréable...), la dépression et l'addiction (La dépendance est, au sens phénoménologique, une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en...).

Chez les souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de...) exposées au stress, une protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques. En général,...) appelée p38? mitogen-activated protein kinase (MAPK) influence le comportement des animaux, contribuant à l'apparition de symptômes associés à la dépression et à l'augmentation du risque d'addiction. Les chercheurs ont démontré que p38? MAPK est activé par certains récepteurs sur les neurones et participe à la régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) de la sérotonine. La sérotonine est un neurotransmetteur (Les neurotransmetteurs, ou neuromédiateurs, sont des composés chimiques libérées par les neurones (et parfois par les cellules gliales) agissant sur d'autres neurones, appelé...) impliqué dans la régulation de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est...) du corps humain (Le corps humain est la structure physique d'une personne.), du cycle de sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur,...), de la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond...) ou encore du comportement. Exposées au stress, le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions...) libère des hormones qui interagissent spécifiquement avec certains récepteurs sur les neurones. En retour, les neurones induisent la sécrétion de p38? MAPK qui interagit avec les transporteurs de sérotonine dans les cellules afin de diminuer la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection...) de sérotonine disponible dans le cerveau.

Les souris exposées au stress se referment sur elle-même et ne communiquent plus avec les autres souris. Celles qui avaient reçu des injections de cocaïne (La cocaïne est un alcaloïde extrait de la coca. Puissant stimulant du système nerveux central, elle est aussi un vasoconstricteur périphérique. En Occident, elle est...) précédemment ont tendance, après avoir été stressées, à rechercher plus fréquemment les endroits précis de la cage où elles ont reçu la drogue (Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel, capable d'altérer une ou plusieurs activités neuronales et/ou de perturber les communications neuronales. La...). En inhibant spécifiquement la protéine p38? MAPK dans les cellules capables de libérer de la sérotonine, les souris exposées au stress ne montrent plus de signes dépressifs ou de signes d'addiction confirmant le rôle crucial de cette protéine dans ces phénomènes. Ces résultats sont d'autant plus pertinents que les médicaments antidépresseurs sur le marché agissent à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si 1 désigne...) de p38? MAPK. En effet, ils ont pour but d'augmenter la quantité de sérotonine disponible dans le cerveau en agissant sur les transporteurs de sérotonine.


Référence de la publication:

Bruchas MR, Schindler AG, Shankar H, Messinger DI, Miyatake M, Land BB, Lemos JC, Hagan C, Neumaier JF, Quintana A, Palmiter RD, Chavkin C.
"Selective p38? MAPK deletion in seretonergic neurons produces produces stress-resilience in models of depression and addiction"
Neuron, vol. 71 (3), Aug. 11, 2011. doi:10.1016/j.neuron.2011.06.011


Auteur de l'article: Pierre-Alain RUBBO
Page générée en 3.755 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique