Pas tout à fait réveillé ? Responsable: une molécule du cerveau !
Publié par Isabelle le 08/06/2013 à 12:00
Source: Université de Montréal - Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal
Que ce soit à cause de préoccupations quotidiennes, d'heures de travail prolongées, de maladie ou simplement par manque de temps, un nombre grandissant de personnes éprouvent de la difficulté à bénéficier d'une quantité suffisante de sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant...) réparateur. Quels sont les éléments qui empêchent le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité...) de maintenir un bon éveil lorsqu'on ressent un manque de sommeil ? Est-ce le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des...), l'accumulation de toxines dans le cerveau ? La réponse se trouverait plutôt dans une molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité de matière possédant les...) qui régule (Les régules sont des alliages d'étain ou de plomb et d'antimoine.) la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter-...) entre les neurones du cerveau et qui se situe à la jonction (La Jonction est un quartier de la ville de Genève (Suisse), son nom familier est "la Jonquille") des cellules nerveuses, la Neuroligine-1.

Une récente étude réalisée par l'équipe du Dre Valérie Mongrain, professeure  au Département de psychiatrie (La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale ou des maladies mentales. L'étymologie du mot psychiatrie provient du grec...) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des...) et directrice du laboratoire de physiologie (La physiologie (du grec φύσις, phusis, la nature, et λόγος, logos, l'étude, la science)...) moléculaire du sommeil au Centre d'étude avancée en médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal...) du sommeil (CÉAMS) de l'Hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour...) du Sacré-Coeur de Montréal, démontre que le maintien de l'éveil, et en particulier d'un éveil de qualité, serait contrôlé par la Neuroligine-1.

L'étude parue dans le réputé magazine américain Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) visait à mieux comprendre l'incidence de cette molécule sur l'aspect récupérateur du sommeil. "D'emblée, on savait que durant la période d'éveil le cerveau émet principalement des ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans...) rapides qui sont un indice de vigilance (Son attention prend un aspect d'intensité pour solliciter l'ensemble de ses capacités de perception et les concentrer sur le déroulement de la...) et le contraire se produit durant la période de sommeil profond, ce sont plutôt des ondes lentes que le cerveau émet afin de favoriser le repos. Mais entre les deux que se passe-t-il ? Qu'est-ce qui produit ce changement ? Comment le cerveau passe-t-il d'une activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) rapide à lente (La Lente est une rivière de la Toscane.) ?" explique l'initiatrice de l'étude, Dre Mongrain.

Il semble maintenant que des changements spécifiques de la protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons...) Neuroligine-1 puissent être en cause. En effet, les résultats de cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par...) démontrent qu'un éveil prolongé (privation de sommeil) diminue la présence d'une forme de la protéine Neuroligine-1 dans la synapse (unité de communication entre les cellules nerveuses). De manière importante, la Neuroligine-1 est non seulement responsable de la synchronisation des ondes émises par le cerveau, car elle contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) les activités neuronales, mais est également essentielle au maintien de l'éveil. En effet, les expériences de l'étude indiquent que l'absence de cette molécule diminue la durée de l'éveil et engendre un sommeil constamment profond car le cerveau émet beaucoup plus d'ondes lentes que la normal, comme si le cerveau n'arrivait pas à récupérer.

"Cette découverte du maillon (Le maillon en language maritime est une longueur de chaîne (ligne de mouillage), qui mesure 15 brasses soit 27,50 m. L'élément de base de la chaîne est appelé...) manquant dans le cycle éveil/sommeil permettra certainement à la communauté scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) d'approfondir des problématiques reliées aux troubles du sommeil et ainsi y trouver certaines réponses, notamment dans le cas de plusieurs maladies psychiatriques tel que l'autisme (Le terme autisme tend a désigner aujourd'hui un trouble affectant la personne dans trois domaines principaux:) dont les personnes atteintes éprouvent, pour la plupart,des difficultés à bénéficier d'un sommeil de qualité", souligne la Dre Valérie Mongrain.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans le magazine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) sous le titre Neuroligin-1 links neuronal activity to sleep-wake regulation.
Page générée en 1.178 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique