Hyperloop: quand pourrons-nous voyager dans ce train futuriste à 1000 km/h ?

Publié par Adrien le 03/12/2020 à 09:00
Source: ASP
Voyager à bord de capsules propulsées à très grande vitesse dans des tubes sous vide ? Ça pourrait être un jour possible. Mais quand ?


Photo: Hyperloop Transportation Technologies Test Facility / Wikipedia Commons

La théorie

Le concept est défendu depuis plusieurs années et sous diverses dénominations. La compagnie canadienne TransPod fait par exemple la promotion de véhicules qui pourraient se déplacer à plus de 1000 kilomètres à l'heure (L'heure est une unité de mesure  :), sans friction sur les parois du tube, avec l'aide de champs électromagnétiques. Le nom "hyperloop" est attribué à la version de ce concept défendue depuis 2013 par le milliardaire Elon Musk, le controversé homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo...) d'affaires derrière les compagnies Tesla et Space X.

Une compagnie concurrente, Virgin Hyperloop, du milliardaire Richard Branson, a effectué le 9 novembre le premier voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel...) "avec passagers": deux employés de la société californienne ont pris place dans une capsule qui, suspendue par un champ électromagnétique (Un champ électromagnétique est la représentation dans l'espace de la force...), a été propulsée dans un tube à très basse pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée...). Les cobayes ont atteint la vitesse (On distingue :) de 172 km/h sur la piste d'essai DevLoop de l'entreprise, dans l'État du Nevada. L'expérience a duré 15 secondes et s'est déroulée sur une ligne droite de 500 mètres.

Le déploiement de cette technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un...), dans des conditions réelles, n'est toutefois pas pour demain: il y a au moins six bémols à considérer.

1- La sécurité des passagers reste à prouver

Pour relier Toronto et Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande...) en moins de 45 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un...), avec des arrêts à Ottawa et à Kingston comme le promet la société canadienne Transpod, il faudrait que les capsules filent à près de 1000 km/h. En comparaison, un train à grande vitesse (Les trains à grande vitesse sont des trains de voyageurs (le plus souvent, car il existe des TGV...) (TGV) progresse à environ 320 km/h. L'accélération (L'accélération désigne couramment une augmentation de la vitesse ; en physique,...) et la décélération devront par conséquent se faire de façon progressive, pour la sécurité des passagers. Et qu'en est-il en cas de freinage d'urgence ?

Par ailleurs, les départs des capsules devront être suffisamment espacés pour permettre l'évacuation sécuritaire en cas de problème. Et la question de l'évacuation demeure floue: comment s'extirper d'un tunnel (Un tunnel est une galerie souterraine livrant passage à une voie de communication (chemin de...) vidé de l'essentiel de son air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et...) - condition essentielle pour diminuer la résistance de l'air ?

2- Le débit horaire est relativement faible

Transpod parle de déplacer plusieurs centaines de passagers à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur...). Pour ce faire, elle compte sur des capsules de 27 à 40 passagers lancées à toutes les 1 à 2 minutes. Les heures creuses de la journée seraient comblées par du transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou...) de fret (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque...), afin de rentabiliser le système.

Notre système "est plus proche d'un transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus...) en commun que d'un TGV (Le TGV est une rame automotrice électrique d'origine française apte à circuler à des vitesses...) ou un avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale...). Il faut arrêter d'imaginer l'Hyperloop comme un [...] transport de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un...) partant à heures fixes et transportant des centaines de voyageurs d'un point (Graphie) A à un point B", a expliqué Thierry Boitier, directeur achats et approvisionnement chez TransPod. "Une bonne comparaison est [plutôt] celle d'un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) de transport en commun métropolitain, mais à l'échelle d'un pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...)."

Il répondait aux critiques formulées par François Lacôte, un expert français des TGV, qui a noté que "le débit théorique du système Hyperloop (1000 passagers par heure) est 20 fois inférieur au débit théorique du système TGV (20 000 passagers par heure)", un bilan qu'il qualifiait de "catastrophique".

3- Les vitesses envisagées semblent exagérées

Les vitesses évoquées par les divers groupes travaillant sur l'Hyperloop sont théoriques. Elles se basent sur l'hypothèse d'un tracé pratiquement rectiligne, c'est-à-dire de voies dénuées de virages prononcés. Il en va du confort des passagers à l'intérieur des capsules: à près de 1000 km/h - c'est pratiquement la vitesse du son - il faut prévoir des courbures longues de centaines de kilomètres pour rendre tolérable l'effet centrifuge. La logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος),...) est la même pour les pentes.

4- Des défis d'aménagement

Ces exigences posent de sérieux défis techniques pour l'aménagement des lignes d'Hyperloop. Il faudrait en effet privilégier des tracés linéaires, dénués d'obstacles naturels et humains. Un problème, dans les centres urbains. Certes, il serait possible de réduire les vitesses moyennes sur les différents segments du trajet. Mais du coup, les prévisions quant aux temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) de déplacement ( En géométrie, un déplacement est une similitude qui conserve les distances et les angles...) - Toronto-Montréal en moins de 45 minutes - devraient être revues à la hausse.

Contrairement à la concurrence, TransPod ne dispose toujours pas de piste d'essai à son quartier général, en France.

5- Déployer la technologie serait très coûteux

En 2013, Elon Musk estimait les coûts de construction des infrastructures (tubes, ponts, tunnels, achat des terrains...) à environ 19 millions de dollars par kilomètre (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...), pour un trajet de 500 km entre Los Angeles (Los Angeles est une ville des États-Unis située au sud de la Californie, sur la côte pacifique....) et San Francisco. Cela représentait alors un coût moindre que celui du TGV.

Depuis, les estimations n'ont cessé de gonfler. En 2016, le magazine américain Forbes mettait la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à...) sur des documents internes de Virgin Hyperloop qui estimaient les coûts de diverses liaisons à plusieurs dizaines de millions de dollars par kilomètre, voire à plus de 100 millions par kilomètre. Une étude préliminaire de faisabilité de l'Hyperloop au Canada réalisée par Transports Canada concluait, en août dernier, qu'il en coûterait 56 millions $ par kilomètre pour un tracé entre Calgary et Edmonton.

6- Une vieille idée qui met du temps à aboutir

L'Hyperloop peut sembler futuriste. Or, c'est dans les faits une remise au goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)) du jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de vieux concepts qui utilisent des technologies préexistantes, comme le transport par tube pneumatique. Le magazine The Economist reprochait en 2013 à Elon Musk d'avoir essentiellement repris l'idée de "train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de...) sous vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.)" développée (En géométrie, la développée d'une courbe plane est le lieu de ses centres de...) par l'ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature...) et physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la...) américain Robert H. Goddard au début des années 1900. Les écrits de Goddard, dans lesquels il décrivait un système capable de couvrir des trajets à grande vitesse en s'affranchissant des frottements de l'air et de ceux entre roues (La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par...) et rails, ont d'ailleurs inspiré plusieurs auteurs de science-fiction (Cette liste référence les auteurs de science-fiction par langue et ordre...) au cours du 20e siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...), comme le Polonais Stanislaw Lem.

Diverses entreprises ont travaillé à leur propre version de systèmes de transport à grande vitesse, récupérant en tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) ou en partie ces idées. La société helvète Swissmetro (Le Swissmetro est un projet de train à sustentation magnétique souterrain pour la Suisse.) a même planché sur l'idée d'un train à sustentation magnétique circulant dans un tunnel à pression d'air très réduite, avant de l'abandonner pour cause de non-faisabilité. De fait, un seul de ces projets a véritablement vu le jour: le Maglev (acronyme de Magnetic Levitation), un train à sustentation magnétique d'invention japonaise. Après 40 ans de recherches, il ne dessert toutefois que six lignes dans le monde (Le mot monde peut désigner :), dont une seule commerciale qui relie, en Chine, l'aéroport (Un aéroport est l'ensemble des bâtiments et des installations d'un aérodrome qui...) Pudong au centre-ville (Le centre-ville est le cœur de la ville. Il est également appelé hypercentre dans...) de Shanghaï, sur 35 km, à une vitesse moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de...) de 250 km/h.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !

Sur le même thême

Page générée en 0.381 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique