James Webb dévoile une collision cataclysmique dans le système Beta Pictoris

Publié par Adrien le 17/06/2024 à 08:00
Source: NASA
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Les observations récentes du télescope spatial James Webb (JWST) ont révélé un événement spectaculaire dans le système stellaire Beta Pictoris: une collision massive entre deux astéroïdes géants. Ce choc titanesque a généré une immense quantité de poussière.


Situé à 63 années-lumière de nous, dans la constellation du Peintre, Beta Pictoris est un système jeune âgé d'environ 20 millions d'années, comparé aux 4,5 milliards d'années de notre propre Système solaire. Découvert en 1983 par le satellite infrarouge astronomique de la NASA (IRAS), ce système pourrait être né de l'onde de choc d'une supernova.

Actuellement, Beta Pictoris abrite au moins deux planètes géantes gazeuses, mais aucune planète rocheuse n'y a encore été identifiée. Cependant, les chercheurs estiment que des planètes rocheuses pourraient être en formation grâce à des collisions massives générant beaucoup de poussière, comme celle récemment observée par le JWST. Lors d'une présentation le 10 juin à la 244ème réunion de l'American Astronomical Society, les scientifiques ont partagé ces découvertes.

Le disque de débris circumstellaire de Beta Pictoris, une vaste ceinture de gaz et de poussière entourant l'étoile, est encore très actif, rendant ce système idéal pour étudier les premières étapes tumultueuses de la formation des planètes. Les chercheurs espèrent que ces observations offriront un aperçu précieux de l'histoire de notre propre Système solaire.

Les observations ont montré que les grandes masses de poussière détectées par le télescope Spitzer entre 2004 et 2005 avaient complètement disparu. Cela suggère qu'une collision gigantesque s'est produite il y a environ 20 ans, réduisant des astéroïdes en une fine poussière comparable à des particules de pollen ou de sucre en poudre.


Deux télescopes spatiaux différents ont pris des clichés à 20 ans d'intervalle de la même zone autour de l'étoile appelée Beta Pictoris. Les scientifiques supposent que l'importante quantité de poussière observée dans l'image de 2004-2005 du télescope spatial Spitzer indique une collision d'astéroïdes. Celle-ci s'est en grande partie dissipée lorsque le télescope spatial James Webb a capturé ses images en 2023.
Crédit: Roberto Molar Candanosa/Johns Hopkins University, avec concept art de Beta Pictoris par Lynette Cook/NASA

Le système Beta Pictoris

Beta Pictoris est système doté d'une étoile de magnitude 4 située à environ 63 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Peintre. Cette étoile est particulièrement connue pour son disque de débris, le premier à avoir été découvert autour d'une autre étoile que notre Soleil. Le disque de débris de Beta Pictoris est le résultat de collisions entre astéroïdes, comètes et autres planétésimaux, ce qui en fait un laboratoire naturel idéal pour étudier la formation des planètes.

Découverte en 1983 par le satellite infrarouge astronomique de la NASA (IRAS), Beta Pictoris a depuis été largement étudiée par divers télescopes, dont le télescope spatial Hubble et, plus récemment, le télescope spatial James Webb (JWST). Les observations du JWST ont révélé des structures détaillées dans les disques de débris, y compris une nouvelle structure poussiéreuse ressemblant à une "queue de chat" qui pourrait être le résultat d'une collision d'astéroïdes survenue il y a environ 100 ans.

Beta Pictoris est une étoile jeune, âgée d'environ 20 millions d'années, bien plus jeune que notre propre Système solaire qui a 4,5 milliards d'années. Elle abrite au moins deux planètes géantes gazeuses, Beta Pictoris b et c, qui ont été imagées directement. Le système de Beta Pictoris est souvent étudié pour mieux comprendre les processus de formation des planètes, y compris la façon dont les planètes rocheuses pourraient se former à partir des disques de débris.

Les observations récentes montrent que le disque de débris de Beta Pictoris est incliné et que des structures complexes, telles que la "queue de chat", se sont formées à cause des interactions dynamiques au sein du disque. Ces découvertes aident les scientifiques à mieux comprendre la dynamique des jeunes systèmes stellaires et les processus de formation planétaire.
Page générée en 0.156 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise