La NASA réfléchit à un fuseau horaire lunaire, la cause à la relativité d'Einstein

Publié par Adrien le 07/04/2024 à 08:00
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Le gouvernement américain a pris une décision qui semble sortir tout droit d'un roman de science-fiction: il a chargé la NASA de créer un fuseau horaire propre à la Lune, avec un écoulement du temps ralenti. Ce nouvel étalon temporel, baptisé "Temps Lunaire Coordonné" (TLC), devra être établi avant fin 2026. Cette mesure prépare le terrain pour le retour de l'humanité sur la Lune et, à terme, des voyages vers Mars.


Mais pourquoi un fuseau horaire lunaire ? Tout simplement parce que le temps ne s'écoule pas de la même manière sur la Lune que sur Terre. En raison de la faible gravité lunaire, plus faible que sur Terre, le temps y est légèrement accéléré, accusant une différence de 58,7 microsecondes chaque jour sur nos journées terrestres.

Cette différence, bien que minuscule, peut perturber les manœuvres précises des engins spatiaux et des satellites en orbite autour de la Lune. Kevin Coggins, responsable du programme de communication et de navigation spatiale de la NASA, explique que les horloges terrestres tourneraient à une vitesse différente sur la Lune.

Avec l'avènement des missions spatiales entièrement contrôlées par l'informatique, ce qui était beaucoup moins le cas lors des missions Apollo, l'établissement du TLC est devenu une étape cruciale en prévision des futures missions lunaires.

Suite au vol d'essai Artemis 1, qui a vu la capsule Orion de la NASA effectuer un voyage aller-retour non habité vers la Lune en novembre 2022, l'agence spatiale prévoit d'envoyer des humains en orbite autour de la Lune en 2025, puis d'atterrir sur sa surface en 2026. Ces missions marqueront des étapes importantes dans l'ambition ultime du programme Artemis: emmener des humains sur Mars.

Avec la multiplication des pays et des entreprises impliqués dans les nouvelles missions lunaires, la standardisation du temps est d'autant plus cruciale. Comme le souligne Coggins, les horloges atomiques de l'Observatoire naval des États-Unis à Washington sont le "cœur battant de la nation", synchronisant tout ce qui doit l'être. Un "battement de cœur" similaire sera nécessaire pour les opérations sur la Lune, garantissant la coordination entre les différentes missions et engins spatiaux.

Ce projet ambitieux de "Temps Lunaire Coordonné" souligne l'importance croissante de la Lune dans l'exploration spatiale future et jette les bases d'une présence humaine prolongée dans l'espace, ouvrant la voie à des voyages interplanétaires plus lointains.
Page générée en 0.126 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise