La rivalité au boulot
Publié par Isabelle le 25/10/2013 à 12:00
Source: Université de Laval - Yvon Larose
Dans un contexte compétitif, les hommes et les femmes semblent réagir différemment à la performance de leurs collègues au travail.

Dans un milieu de travail mixte, pour les mêmes tâches accomplies par des hommes et des femmes, l'effet de concurrence augmentera de façon importante la productivité des hommes, mais aura l'effet contraire chez les femmes. Celles-ci, bien que sensibles à la performance de leurs pairs, auront tendance à ne pas entrer dans le jeu de la concurrence directe en ignorant volontairement l'information. Elles se comporteront presque comme si elles travaillaient de façon isolée. Dans le même sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du...), les uns et les autres auront tendance à hausser leur productivité à la suite d'une augmentation de la rémunération à la tâche. Mais cette hausse sera plus forte chez les hommes.

Ce sont là les principaux résultats d'une récente étude sur l'effet que peuvent avoir les collègues de travail sur le comportement d'un individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).). Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) a été mené par les professeurs Bernard Fortin et Guy Lacroix, du Département d'économique, et par la chercheuse postdoctorale Julie Beugnot. Tous trois sont membres du Centre interuniversitaire sur le risque, les politiques économiques et l'emploi (CIRPÉE). Marie-Claire Villeval, chercheuse à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) de Lyon 2, faisait aussi partie de l'équipe de recherche. Le 13 septembre dernier, le prestigieux quotidien The Times of London a publié un article sur cette étude qui a par ailleurs été soumise à une revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) pour publication.

"Ces résultats sont compatibles avec ceux de plusieurs études empiriques en économie behaviorale, explique Bernard Fortin. Dans un environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...) de travail concurrentiel, l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...) a tendance à accroître de façon plus marquée sa performance que la femme." Selon lui, si, dans une entreprise, on fait travailler des hommes de façon isolée, leur productivité ne sera pas du tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) la même que s'ils pouvaient observer le comportement de leurs pairs. "Si vous êtes un homme et que ceux qui vous entourent vont très bien, dit-il, vous serez incité à en faire autant. En revanche, si vous observez des travailleurs moins productifs, votre rendement aura tendance à diminuer."

Le projet de recherche s'appuyait sur des expériences en laboratoire menées en France dans les locaux du Groupe d'analyse et de théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une...) économique de l'Université de Lyon 2. Les 189 étudiants ayant participé à ces expériences provenaient de différents programmes d'études. Leur tâche, rémunérée, consistait à faire des multiplications par calcul mental (Le calcul mental consiste à effectuer des calculs sans autre support que la réflexion et la mémoire. Il s'appuie sur un certain nombre de techniques...) uniquement. Ils devaient réussir chaque calcul avant de passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) au suivant. Pendant 16 périodes de deux minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de...) et demie chacune, ils devaient faire un maximum de multiplications.

Les expériences se sont déroulées en trois étapes. D'abord, certains participants ont fonctionné de façon isolée. Quelques semaines plus tard, lors d'une seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une...) étape, d'autres participants, faisant aussi des calculs, ont été jumelés à deux étudiants de la première étape. On informait l'étudiant sur les caractéristiques de leurs pairs, par exemple leur âge, leur sexe (Le mot sexe désigne souvent l'appareil reproducteur, ou l’acte sexuel et la sexualité dans un sens plus global, mais se réfère aussi aux...), leur niveau de scolarité. En outre, au début de chaque période de 2,5 minutes, on communiquait à l'étudiant le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) moyen de multiplications réussies par chacun de ses pairs, ainsi que leur rémunération. La troisième étape de l'expérience consistait à jumeler l'étudiant en simultané à deux autres personnes dans le même laboratoire. Tous les trois faisaient leurs calculs en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Toutes les 2,5 minutes, on communiquait à chacun la performance précédente de ses pairs.

"L'appariement en simultané créait un environnement encore plus concurrentiel, relate Bernard Fortin. On a découvert que les garçons étaient beaucoup plus influencés par la performance de leurs pairs que lors de l'étape précédente. Si les pairs étaient très productifs, cela créait un phénomène de forte émulation. Les filles, elles, c'était le contraire. Cela nous a étonnés. Dans un environnement compétitif, c'est comme si elles refusaient de jouer ce jeu. Elles n'en étaient pas affectées."

Les chercheurs reconnaissent que les expériences en laboratoire ont leurs limites. La tâche accomplie par les étudiants français, ainsi que l'environnement dans lequel ils évoluaient, ne représentent pas la "vraie vie (La vie est le nom donné :)" en entreprise. Et les pairages, en laboratoire, sont formés de façon artificielle. Dans la réalité, les travailleurs connaissent leurs pairs et l'influence relative de chacun varie.
Page générée en 0.261 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique