Une surprenante inclusion dans la météorite d'Isheyevo
Publié par Michel le 17/06/2009 à 00:00
Source: CNRS / INSU
Illustration: Voir légende
Une étrange inclusion dans la météorite d'Isheyevo vient d'être découverte par une équipe du Muséum et de l'INSU-CNRS associée aux Universités de Lille et Grenoble. Cette inclusion, minéralogiquement primitive et riche en matière organique, présente des excès d'azote (L'azote est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole N et de numéro atomique 7. Dans le langage courant, l'azote désigne le gaz diatomique diazote N2, constituant majoritaire de l'atmosphère...) lourd les plus élevés jamais mesurés en laboratoire. Cette découverte remettrait en cause les modèles actuels de formation du système solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre...). Les résultats sont publiés cette semaine dans la revue PNAS.


Au centre: inclusion PX18 (contour mis en évidence en rouge) vue au microscope électronique
à balayage à haute résolution ©: Omar Boudouma, Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment...) Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et...) VI,
et Giacomo Briani, LMCM (MNHN/INSU-CNRS).
Autour: images NanoSIMS montrant les enrichissements en azote lourd ;
les points jaunes sont les plus enrichis en 15N ©: LMCM (MNHN/INSU-CNRS)

Une équipe du Laboratoire de Minéralogie et Cosmochimie du Muséum (Salle d'exposition du Muséum Provincial (1908) à Toronto (Ontario, Canada) Mangattan Museum (2001) à Ishinomaki (Japon), consacré aux oeuvres de Shōtarō Ishinomori ...) (UMR 7202 MNHN/CNRS) associée à des chercheurs de l'Université de Florence (Florence (en italien Firenze) est une ville d'Italie, capitale de la région de Toscane et chef-lieu de province (370 051 habitants, les Florentins). Située au pied de l'Apennin septentrional, elle est traversée par le...) (Italie), du Laboratoire de structures et propriétés de l'état solide et du Laboratoire de planétologie (La planétologie est la science de l'étude des planètes. La discipline recouvre de nombreuses branches de la science ; son domaine d'étude s'étend des...) de Grenoble , rapporte, dans un article à paraître cette semaine dans les PNAS, la découverte d'une étrange inclusion dans la météorite (Une météorite est un corps matériel provenant de l’espace extra-atmosphérique de taille comparativement petite qui atteint la surface de la Terre. On...) d'Isheyevo. La minéralogie de cette inclusion (silicates anhydres de magnésium et de fer) est semblable à celle de certaines micrométéorites antarctiques ou stratosphériques. Elle pourrait indiquer une origine cométaire. Cependant, cette inclusion mesure ~ 0.5 mm et donc a un volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) 30000 fois plus élevé que les micrométéorites.

Des mesures réalisées avec la NanoSIMS ont permis de montrer que cette inclusion, nommée PX18, a une composition isotopique de l'azote (proportion des divers isotopes de l'azote) extrêmement variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. En statistiques, une variable peut...). Elle est, en particulier, 4 fois plus riche localement en azote lourd (15N) par rapport à la composition isotopique de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...). Cet enrichissement est le plus grand jamais observé dans la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière...) extraterrestre. Les zones riches en 15N correspondent à de la matière organique (La matière organique (MO) est la matière carbonée produite en général par des êtres vivants , végétaux, animaux, ou...). Ces enrichissements en 15N permettront aux chercheurs de mieux comprendre les mécanismes de formation de la matière organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés...) des météorites. Il est possible que des phénomènes complexes d'irradiation (En physique nucléaire, l'irradiation désigne l'action d'exposer (volontairement ou accidentellement) un organisme, une substance, d'un corps à un flux de...) par le protosoleil (ancêtre du soleil) aient engendré cette composition isotopique anormale. La découverte de cette inclusion pose de nombreux problèmes aux modèles actuels de formation du système solaire.
Page générée en 0.354 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique