Une seule poussière de glace pour détecter une vie extraterrestre, et cela pourrait arriver rapidement

Publié par Adrien le 31/03/2024 à 08:00
Source: Science Advances
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

L'exploration spatiale pourrait bientôt nous offrir des réponses à l'une des questions les plus captivantes: sommes-nous seuls dans l'Univers ?

Un grain de glace provenant d'Europe, l'une des lunes de Jupiter, pourrait détenir la clé pour détecter des traces de vie extraterrestre. Cette découverte provient d'une expérience récente qui suggère que la sonde Europa Clipper de la NASA, équipée d'instruments adéquats, pourrait facilement identifier des signes de vie.


Ce rendu d'artiste montre le vaisseau Europa Clipper survolant Europe.
Image NASA/JPL-Caltech

Frank Postberg de l'Université Freie à Berlin, co-auteur de l'étude, affirme que l'Analyseur de Poussière de Surface (SUDA) par la sonde pourrait être la clé pour trouver des indices de vie dans les geysers d'eau et de glace éjectés dans l'espace par cette lune glacée de Jupiter. Prévue pour un lancement en octobre 2024, Europa Clipper se rapprochera d'Europe à des altitudes aussi basses que 25 kilomètres, visant à étudier l'habitabilité de son océan souterrain et l'épaisseur de la couche de glace qui le surmonte.

Le potentiel de la sonde Europa Clipper pour découvrir la vie s'inspire de découvertes antérieures sur Encelade, un autre satellite naturel gelé, cette fois en orbite autour de Saturne, où des geysers d'eau avaient été observés par la mission Cassini. De même, le Télescope Spatial Hubble a capturé des images de panaches similaires s'élevant de la surface d'Europe, confirmant la présence d'activité géologique comparable.

Europa Clipper pourrait donc traverser ces panaches, capturant des grains de glace avec l'instrument SUDA pour analyse. Pour tester cette possibilité, l'équipe de Fabian Klenner de l'Université de Washington à Seattle a simulé en laboratoire l'impact à haute vélocité de grains de glace sur un instrument semblable à SUDA. Ils ont utilisé un jet de vapeur d'eau chargé de la bactérie Sphingopyxis alaskensis, un micro-organisme terrestre qui prospère dans des conditions similaires à celles d'Europe.


Images composites montrant des jets d'eau s'échappant d'Europe, observés par le Télescope Spatial Hubble en 2014 (à gauche) et 2016.
Crédit: NASA/ESA/W. Sparks (STScI)/USGS Astrogeology Science Center

Les résultats de l'expérience ont été prometteurs, indiquant que même une infime partie de matière cellulaire pourrait être détectée par un spectromètre de masse à bord d'une sonde spatiale. Cette avancée offre un nouvel espoir pour la détection de formes de vie semblables à celles de la Terre sur des lunes océaniques comme Europe.

Les recherches de Fabian Klenner suggèrent que plutôt que de chercher des traces d'ADN, l'identification d'acides gras et de lipides, qui constituent les membranes cellulaires, pourrait être une méthode plus fiable pour détecter la vie. Si Europe abrite des organismes vivants possédant de telles membranes, Europa Clipper pourrait bien les détecter.
Page générée en 0.011 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise