Louis Eugène Félix Néel
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Louis Eugène Félix Néel né le 22 novembre 1904 à Lyon et décédé le 17 novembre 2000 à Brive-la-Gaillarde est un physicien français, prix Nobel de physique (1970).

Entré à l’École normale supérieure en 1924, il obtient son agrégation en 1928 et devient Docteur ès sciences physiques en 1932 à la Faculté des Sciences de Strasbourg où il sera Professeur de 1937 à 1945. Professeur à la Faculté des Sciences de Grenoble de 1945 à 1976, il sera successivement Directeur du Laboratoire des Essais Mécaniques de l’Institut Polytechnique de Grenoble (1942 - 1953) puis Directeur du Laboratoire d’Electrostatique et de Physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la...) du Métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des cations et former des liaisons métalliques ainsi que des liaisons ioniques dans le...) de Grenoble (1946 - 1970) et enfin Directeur du Laboratoire de Magnétisme (Le magnétisme est un phénomène physique, par lequel se manifestent des forces attractives ou répulsives d'un objet sur un autre, ou avec des...) de Grenoble (1971 - 1976).

Mandats scientifiques

De 1950 à 1976, Louis Néel cumule les mandats scientifiques : Directeur et Président de l’Institut Polytechnique de Grenoble, Directeur du Centre d’Etudes Nucléaires de Grenoble, Membre du Comité Consultatif des Universités, Membre du Directoire, puis du Conseil d’administration du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).), Membre du Conseil de l’Enseignement Supérieur, Président de la Commission de Physique du CNRS, Electronique, Electricité et Magnétisme et Représentant de la France au Comité Scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) de l’OTAN.

Il a œuvré pour l’implantation à Grenoble de l’Institut Laue-Langevin et de l’ESRF (synchrotron). Il a soutenu le développement à Grenoble des Mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les...) Appliquées.

Distinctions et récompenses

Ses travaux sur la physique du solide concernant le magnétisme, le déplacement ( En géométrie, un déplacement est une similitude qui conserve les distances et les angles orientés. En psychanalyse, le déplacement est...) des particules électrisées et la propagation des ondes (La propagation des ondes est un domaine de la physique s'intéressant aux déplacements des ondes électromagnétiques dans les milieux. On distingue...) dans le plasma ( En physique, le plasma décrit un état de la matière constitué de particules chargées (d'ions et d'électrons). Le plasma quark-gluon est un plasma qui...) de la magnétosphère (La magnétosphère est la région entourant un objet céleste dans lequel les phénomènes physiques sont dominés ou organisés par son champ...) avec Hannes Alfvén lui valurent le Prix Nobel de physique (Le prix Nobel de physique est une récompense gérée par la Fondation Nobel, selon les dernières volontés du testament du chimiste Alfred Nobel. Il récompense des figures...) en 1970.

Il reçut également divers prix et distinctions : Prix Hughes de l’Académie des Sciences (1935), Prix Robin de la Société Française de Physique (1938), Médaille André Blondel (1948), Grand Prix du Conseil de l’Association " au service de la pensée française " (1949), Prix Holweck (1952), Prix des trois physiciens (1963), Médaille d'or du CNRS (1965), Grande Médaille d’Or de l’Electronique (1971), Grande Médaille d’Or de la Société d’Encouragement pour la Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) et l’Invention (1973).

Son implication dans la défense nationale, notamment à travers la recherche sur la protection des navires de guerre par désaimantation contre les mines magnétiques, lui vaudra plusieurs distinctions : Chevalier de la Légion d'honneur à titre militaire pour services exceptionnels (1940), Officier (1951), Commandeur (1958), Grand Officier (1966) et Grand Croix (1974) ; Croix de Guerre avec Palmes (1940) Grand Croix de l’Ordre National du Mérite (1972) Commandeur de l’Ordre des Palmes Académiques (1957) Chevalier du Mérite Social (1963).

Page générée en 0.077 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique