Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par jyb le 29/05/2011 à 17:09
02:12:17: poursuite de la chute, tentative de correction ?

Résumé de la note du BEA

2h 12mn et 2 secondes

Les pilotes annoncent tour à tour « je n’ai plus aucune indication » et « on n’a aucune indication qui soit valable ». Les manettes de gaz sont en position IDLE: c'est le point (Graphie) minimum, mais les moteurs fournissent encore 55% de leur poussée maximale.

2h 12mn et 17 secondes

L'un des pilotes pousse (Pousse est le nom donné à une course automobile illégale à la Réunion.) le mini-manche ce qui réduit l'incidence de l'avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), est un aéronef plus lourd que l'air, entraîné par un organe moteur (dans le cas d'un engin sans...). Les indications de vitesse (On distingue :) repassent au-dessus de 60 nœuds (110 km/h), l'alarme de décrochage se réenclenche.



Illustration: Techno-science.net

Comment comprendre ?

En cas de décrochage, les constructeurs recommandent en effet de réduire la poussée moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...) et de baisser le nez (Le nez (du latin nasus) est chez l'homme la saillie médiane du visage située au-dessus de la lèvre supérieure et qui, en le surplombant, recouvre l'orifice des fosses nasales, qui constituent le segment...) de l'avion afin de retrouver une incidence normale avant de stabiliser et de reprendre une altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la...) usuelle. C'est vraisemblablement ce qu'il y a de mieux à faire dans une telle situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le...).

Le souci est que l'avion était dans une telle situation que même l'alerte de décrochage avait cessé de sonner. Un début de retour à la normale passe donc par un retour à la situation où cette alerte se déclenche à nouveau. Ce n'est qu'ensuite, en continuant à faire baisser le nez de l'avion que l'incidence redevient correcte tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) comme la vitesse, ce qui permet de reprendre le contrôle du vol. Ce n'est manifestement pas ce qui s'est passé par la suite.

Quant aux paroles des pilotes, il est délicat de se prononcer, les boites noires ont enregistré des données tout à fait correctes à l'exception de la vitesse et parfois de l'incidence, mais ce dernier paramètre n'est pas affiché aux pilotes. Hormis l'indicateur de vitesse, les autres instruments fonctionnaient.

Par contre, la coupure de l'alarme de décrochage couplé à un altimètre qui s'affole a pu mener à des confusions au sujet de ces instruments sachant que la vitesse est elle-même invalide à ce moment là.
Partagez: 34 commentaires - Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS