Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Publication le Samedi 29/03/2014 à 12:00
Les phasmes du Crétacé inférieur pratiquaient déjà le mimétisme
Des scientifiques d'une équipe internationale et pluridisciplinaire, dont Olivier Béthoux du Centre de recherche sur la paléobiodiversité et les paléoenvironnements (Muséum national d'Histoire naturelle/CNRS/UPMC), ont déterminé que des phasmes avaient développé dès le Crétacé inférieur la capacité d'imiter des plantes de leur environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...). Cette découverte, fondée sur l'étude d'une nouvelle espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de...) d'insecte (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large public d'amateurs et de naturalistes. Produite par...) fossile (Un fossile (dérivé du substantif du verbe latin fodere : fossile, littéralement « qui est fouillé ») est le reste (coquille, os, dent, graine, feuilles...)...) trouvée en Chine, est publiée aujourd'hui dans PLOS ONE.


Phasme, insecte bâton - Illustration: Wikimedia Commons/HydroSnowFul
 
Les insectes phasmes sont connus pour leurs extraordinaires capacités mimétiques : leur morphologie et leur comportement leur permettent de duper les prédateurs en imitant des branches, des feuilles ou des écorces, essentiellement de plantes à fleurs. Dans le registre fossile, les espèces attribuables avec certitude au groupe des phasmes sont très rares ; jusqu'à présent, celles identifiées comme telles et datant d'avant la diversification des plantes à fleurs ne présentaient aucune adaptation mimétique.
 

À gauche Cretophasmomima melanogramma mâle dont les ailes présentent les bandes sombres caractéristiques, à droite Membranifolia admirabilis. - Illustratons: CNRS MNHN/ O.Béthoux.et F. Jacques

Trois spécimens appartenant à une nouvelle espèce fossile dénommée Cretophasmomima melanogramma ont été découverts dans le célèbre gisement de Jehol (Mongolie intérieure, Chine ; Crétacé inférieur, 126±4 millions d'années). Les chercheurs ont démontré avec certitude que cette espèce appartient au groupe des phasmes, grâce à l'identification sur ces spécimens d' " épaulettes " qui recouvrent la base des ailes postérieures au repos. En outre, ils ont également établi que C. melanogramma présente un patron de coloration particulier des ailes, composé d'étroites bandes longitudinales sombres. Ce caractère, propre à l'espèce, suggère que la feuille (La feuille est l'organe spécialisé dans la photosynthèse chez les végétaux supérieurs. Elle est insérée sur les tiges des plantes au niveau des nœuds....) de Membranifolia admirabilis[1], provenant du même gisement et présentant des bandes sombres similaires, devait être utilisée par C. melanogramma comme modèle pour se dissimuler.


Cretophasmomima melanogramma reconstitué dans son environnement. Combien voyez-vous de phasmes ? (l'insecte mangé par le mammifère est une sauterelle) (5) – Illustration CNRS MNHN / Sophie Fernandez

Cette découverte démontre que l'imitation de parties de plantes a débuté très tôt chez les phasmes, bien avant la diversification des plantes à fleurs. La diversification d'oiseaux et de mammifères arboricoles insectivores à cette période a pu déclencher l'acquisition (En général l'acquisition est l'action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) de ce type de défense primaire.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS